Paillettes de plastique recyclé

Philips dope ses appareils au plastique recyclé

Pour réduire son empreinte environnementale, le néerlandais Philips augmente la quantité de matériaux recyclés dans ses appareils électroménagers. Des produits entièrement conçus avec Veolia

Enjeu

Rendre les appareils électroménagers de Philips plus respectueux de l’environnement

Objectif

Augmenter autant qu’il est possible la quantité de polymères recyclés dans les appareils électroménagers.

La réponse Veolia

 Intervenir en amont dès la conception des produits. Fournir à Philips des plastiques recyclés répondant à des spécifications techniques exigeantes. Assurer un approvisionnement constant en qualité et en quantité.

Pour augmenter la part de matériaux recyclés dans sa production, le fabricant d’appareils électroménagers Philips s’est allié à Veolia. Le Groupe est en effet leader européen du recyclage et de la fabrication de polypropylène (PP), l’un des plastiques clés dans la fabrication de ce type de produit.  

Du polypropylène dans l’aspirateur

La collaboration entre Veolia et Philips démarre dès 2010. Premier appareil concerné : un aspirateur, pour lequel Veolia développe un matériau à base de coques de batteries recyclées. Les premiers tests sont un succès.

« Nous avons démarré lentement, en intégrant d’abord de petits volumes de plastique recyclé, puis en augmentant progressivement les quantités » indique Frank Richters, responsable des ventes de polymères de Veolia aux Pays-Bas.

Aujourd’hui, cet aspirateur contient 1,5 kg de polypropylène recyclé, un volume qui devrait bientôt atteindre 2 kg. Remplacer du plastique vierge par du plastique recyclé peut paraître simple, mais il n’en est rien. Deux aspects concentrent les efforts des ingénieurs : la résistance des matériaux aux chocs (notamment pour un aspirateur, soumis à rude épreuve), et la couleur. D’où un travail collaboratif pour parvenir au meilleur résultat possible.

« Nous écoutons en continu les requêtes de Philips, pour comprendre leurs besoins et les spécifications qu’ils requièrent. Nous développons alors un matériau et, par itérations avec notre client, nous améliorons sa composition jusqu’à ce qu’il soit adapté à l’usage final. Il en va ainsi pour chaque nouveau produit, explique Hildagarde McCarville, directrice de Veolia aux Pays-Bas. Tout est fondé sur la confiance mutuelle. »  

Les odeurs et les couleurs

Même lorsque les propriétés du matériau sont conformes aux spécifications de Philips, les challenges ne sont pas terminés : reste à passer l’étape de fabrication. En effet, les industriels sont habitués aux polymères vierges, et l’utilisation de plastiques recyclés leur pose parfois des difficultés. La présence de quelques impuretés résiduelles peut engendrer notamment des odeurs lors du moulage des pièces, ce qui incommode les ouvriers. Il faut donc trouver des solutions techniques pour réduire ces odeurs et les risques potentiellement associés

Autre problème : ces impuretés sont parfois visibles sur le matériau, ce qui interdit certaines teintes comme le noir ou le blanc. Il est donc important de choisir des coloris compatibles avec les polymères recyclés, dès la conception du produit. C’est pourquoi la conception de ces appareils comprenant des plastiques recyclés n’est pas seulement une affaire d’ingénieurs : les spécialistes du marketing sont également  impliqués dès le début du processus.  
 
Malgré ces obstacles, trois générations d’aspirateurs contenant des plastiques recyclés ont vu le jour, et la quatrième est en train d’arriver sur le marché. Des tests sont actuellement menés sur une machine à café, mais uniquement pour les matériaux qui ne sont pas en contact avec l’eau ou le café. Il est en effet compliqué pour les plastiques recyclés d’obtenir l’agrément spécifique aux matériaux en contact avec les aliments. Prochain défi : produire du plastique recyclé soient à partir d’appareils électroménagers usagés de Philips ou d’autres sociétés. Et la boucle serait alors bouclée !
 

Retrouvez l'intégralité des contenus du dossier du mois