Return to my selection
15 mai 2019

Dans 50 ans, les Émirats arabes unis carbureront à 100% à l’énergie renouvelable.

Selon l’Irena*, les énergies renouvelables pourraient couvrir 100 % des besoins en électricité des Émirats arabes unis (EAU) d’ici 50 ans, si l’effort d’investissement est maintenu.

Depuis le siège de l'Irena, à Masdar** (émirat d’Abou Dhabi), Adnan Amin, son directeur général, l’affirme : « Les énergies renouvelables pourraient contribuer à 100 % de la production d’électricité des EAU dans 50 ans ». Pour lui, le CCG*** doit progressivement se sevrer du pétrole. « Cela doit changer et les dirigeants du CCG en ont bien conscience », poursuit-il. « La consommation mondiale d'énergie représente les deux tiers des émissions de gaz à effet de serre et sa décarbonation est le moyen le plus rapide d'atteindre les objectifs de l'accord de Paris ».
 
Alors que les énergies renouvelables fournissent environ 25 % de l’électricité dans le monde et que 70 % des nouvelles capacités de production d’électricité proviennent de sources “vertes”, elles ne couvrent que 2 % des besoins en électricité des EAU, grâce essentiellement à la filière solaire. Pour couvrir les 98 % restants, le pays — 6eproducteur mondial de pétrole et détenteur de la 7eplus grande réserve de gaz naturel — a essentiellement recours aux centrales à gaz.
 
En 2017, le Premier ministre émirati a annoncé son intention d’investir 163 milliards de dollars dans la diversification énergétique du pays. Avec pour objectif de couvrir44 % des besoins en énergie à partir de sources renouvelables d’ici à 2050, tout en réduisant de 12 % la dépendance aux hydrocarbures sur la même période. Selon M. Amin, l'interconnexion au réseau électrique, les installations en toiture et le développement des compteurs communicants devraient contribuer à atteindre cet objectif. « Nous commençons à le voir à Dubaï, la capitale économique... et leur arrivée à Abou Dhabi est imminente. »
 
Autre source :https://lemonde-arabe.fr/07/05/2018/emirats-arabes-unis-energies-renouvelables-transition-energetique/
*Agence internationale pour les énergies renouvelables (InternationalRenewable Energy Agency)
**Masdar City, future métropole qui s’étend sur 6 km2en plein désert, aspire à devenir d’ici à 2030 à la fois neutre en émissions carbone et autosuffisante en énergie. Cette smart citydevrait disposer d’une centrale solaire d’une capacité de 100 MW, voire 500 MW selon les scénarios les plus optimistes, d’une tour à vent servant à rafraîchir la ville, ainsi que d’un réseau unique de technologies optimisant l’électricité, les transports ou encore les déchets.

 

© Kamran Jebreili /AP / SIPA