LP4Y, des écoles de l’espoir au plus près des jeunes exclus

LP4Y, des écoles de l’espoir au plus près des jeunes exclus

L’organisation internationale Life Project 4 Youth1 a été créée en 2009 par un couple d’entrepreneurs français, Laure et Jean-Marc Delaporte, pour venir en aide aux jeunes adultes exclus.

Présente aujourd’hui dans neuf pays, forte de 250 volontaires bénévoles et de plus d’une centaine de partenaires, l’organisation a surtout œuvré en Asie. Depuis 2015, la fondation Veolia soutient leurs projets en Inde. 

Combien sont-ils, ces jeunes sans famille, sans emploi et sans qualification, à vivre dans les rues de Calcutta, Mumbai ou bien Delhi ? Il n’existe pas de chiffres fiables pour le dire précisément. Selon l’ONU, ils seraient 150 000 rien que dans les bidonvilles de Delhi, et probablement plusieurs millions dans tout le pays. C’est pourquoi la convention signée en 2015 entre la fondation Veolia et LP4Y prend tout son sens. Cette organisation humanitaire de soutien à l’insertion professionnelle et sociale de jeunes adultes (entre 18 et 24 ans) a pour vocation de contribuer à l’amélioration de la situation sociale et sanitaire d’un pays dont la forte croissance économique s’accompagne d’une augmentation des inégalités sociales.


 LP4Y, des écoles de l’espoir au plus près des jeunes exclus

LP4Y, des écoles de l’espoir au plus près des jeunes exclus


 LP4Y, des écoles de l’espoir au plus près des jeunes exclus

LP4Y, des écoles de l’espoir au plus près des jeunes exclus


 LP4Y, des écoles de l’espoir au plus près des jeunes exclus

LP4Y, des écoles de l’espoir au plus près des jeunes exclus


 LP4Y, des écoles de l’espoir au plus près des jeunes exclus

LP4Y, des écoles de l’espoir au plus près des jeunes exclus

Grâce à un premier soutien financier de la Fondation un centre-école voué aux métiers de la restauration a pu être ouvert à Calcutta dans le quartier de Chetla. Celui-ci accueille chaque année une trentaine de jeunes défavorisés. A partir de cette première expérience, la collaboration entre la Fondation et LP4Y prend la forme d’un partage de compétences, une notion chère à la Fondation qui souhaite multiplier ce type de projets. LP4Y ouvre alors deux centres à Delhi, respectivement dans les quartiers de Pahar Ganj et Sangam Vihar. L’occasion pour une partie des collaborateurs de Veolia en Inde, dont le siège est situé à proximité de Pahar Ganj, de s’impliquer personnellement dans les programmes de formation.

Le projet « LP4Y », en quelques mots

Le Life Project 4 Youth (LP4Y) soutient l’insertion professionnelle et sociale de jeunes de 18 à 24 ans en situation de grande pauvreté et victimes d’exclusion : jeunes mères, anciens prisonniers, jeunes qui ont grandi dans la rue ou venant de familles séparées, victimes d’addiction, handicapés.


LP4Y est le nom donné aux organisations décentralisées qui portent le projet au plus près du terrain. Elle dispose d’un lieu, le Life Project Center, qui offre un cadre rigoureux d’insertion et d’apprentissage. Elles proposent généralement un à trois programmes de formation baptisés TOTO, destinés chacun à 15 jeunes adultes. D’autres modes de réinsertion/formation sont encore expérimentaux, comme les « Green Villages ». Ce sont de véritables espaces de vie construits par les jeunes, avec pour thématique principale les enjeux de l’environnement.

 

L’objectif de l’équipe de LP4Y est de redonner confiance aux jeunes, avant de leur permettre de se familiariser avec le monde professionnel et d’acquérir les compétences nécessaires à l’obtention d’un emploi ou à la création d’une micro-entreprise. Seul critère de sélection : leur motivation.

 

Le jeune intègre alors le programme réplicable PTE (Professional Training for Entrepreneurs) qui se compose de quatre étapes clésUne indemnité, fixée au-dessus du seuil de pauvreté (1,5 €/jour) lui est accordée durant la totalité du programme, afin qu’il puisse s'y consacrer entièrement.

 

L’encadrement est assuré par des volontaires bénévoles.

Passer d’une logique de mécénat à celle de partenariat

Ces jeunes partent de très loin », précise Mélanie Grignon, anciennement directrice Communication et Responsabilité Sociale de l’entreprise (RSE) de Veolia en Inde. En charge de la relation avec LP4Y au début du partenariat, Mélanie  propose alors un plan autour de quatre actions principales :

  • L’implication - pendant une demi-journée par semaine et sur la base du volontariat de jeunes stagiaires de l’entreprise, pour donner des cours aux jeunes recrues de LP4Y (anglais, management, création de business, économie) ;
     
  • la participation de la direction des Ressources humaines de Veolia, une fois par mois, à des activités de coaching, afin d’aider les jeunes à intégrer le marché du travail ;
     
  • la possibilité pour les jeunes issus des programmes LP4Y de faire un stage dans l’entreprise : une manière de découvrir, au-delà des spécificités des métiers de Veolia, le monde de l’entreprise ;
     
  • L’organisation, une fois par mois, de ventes de produits fabriqués par les jeunes formés par LP4Y dans les locaux de Veolia en Inde.

« À terme, l’objectif est de positionner ces jeunes comme des prestataires de services, dans une relation équilibrée », poursuit Mélanie Grignon.

Justine Lerche, la nouvelle responsable RSE de Veolia en Inde, qui a repris le flambeau et poursuit l’initiative partenariale, précise : « Nous envisageons de faire appel aux jeunes de LP4Y dans le cadre d'événements internes ou externes pour des services d'accueil ou de traiteur, ou encore pour la création et la fabrication d’objets promotionnels. LP4Y devient alors un prestataire de Veolia, pérennisant ainsi un partenariat gagnant-gagnant pour les deux organisations. »

Preeti Mandal, une jeune femme formée au centre de Sangam Vihar, a effectué un stage de quelques mois chez Veolia comme hôtesse d’accueil. « J’ai appris à gérer les appels téléphoniques,  à organiser des rendez-vous et des voyages d’affaires, à transmettre et scanner des dossiers », confie Preeti, avec un large sourire. Voici encore quelques mois, la jeune Indienne osait à peine franchir la porte du centre LP4Y. Aujourd’hui, son avenir se dessine : elle est déterminée à trouver un métier.
 

Les 11 organisations dans le monde LP4Y en chiffres clés de 2009 – 2016 : 

- 1 450 jeunes accompagnés et 10 000 personnes impactées positivement ; 500 jeunes intégrés dans le monde professionnel
- 36 programmes
- 19 centres LPC (Life Project Center)
- 11 organisations LP4Y dans 9 pays
- 100 partenaires
 

- 85 % des jeunes ont réalisé leur projet de vie (Life Project)
- 80 % ont trouvé un travail décent
- 5 % d’entre eux sont devenus entrepreneurs
- 15 % échouent ; la moitié reprend le programme 6 mois après avoir échoué.

- 1,2 milliard de jeunes adultes (entre 15 et 24 ans) dans le monde
- 600 millions vivent en-dessous du seuil de pauvreté (moins de 1,5 €/jour)
- En 2025, on estime que leur nombre atteindra 1 milliard
(Source LP4Y, newsletter n° 15, novembre 2017)
 

 

1 En français, Projet de vie pour la jeunesse.
2 TO gather TOgether

Retrouvez l'intégralité des contenus du dossier du mois

Pour aller plus loin