Milwaukee

(Etats-Unis)

Milwaukee Fertilisateur d’éco-performance

La ville de Milwaukee, dans l’État du Wisconsin, est d’abord connue pour être la capitale de la bière. C’est aussi le berceau d’un des plus anciens fertilisants existants sur le marché américain : le Milorganite®. L’engrais biologique, fabriqué grâce à un procédé technologique inspiré de la nature – dégradation de la matière organique présente dans les eaux usées à l’aide de micro-organismes –, n’en reste pas moins très énergivore. Veolia a donc imaginé un dispositif permettant de réduire la consommation énergétique nécessaire à sa production, et d’en diminuer ainsi l’empreinte écologique.

Enjeu

Réduire la consommation d’énergie liée à la fabrication du Milorganite®, un engrais produit à partir de boues d’épuration.

Objectif

Produire un amendement 100 % organique pour une agriculture durable.

La réponse Veolia

Remplacer une partie des énergies fossiles consommées par la station de traitement des eaux usées par du biogaz issu d’un centre d’enfouissement des déchets.

La recette du succès Milorganite®

L’odyssée technologique qui mène au produit fini commence à la sortie des canalisations, avec la collecte des eaux usées. Un traitement préparatoire permet d’évacuer les matériaux solides. Des microorganismes sont alors ajoutés à l’eau (c’est le processus d’activation). Leur rôle : digérer les nutriments qu’elle contient. Des agents chimiques poussent ces organismes microscopiques à s’agréger, puis à se déposer, inertes, au fond des bassins de décantation. Après débourbage, l’eau nettoyée est rejetée dans le lac Michigan tout proche. Les microbes agglutinés sont envoyés à l’usine de Jones Island, où ils sont déshydratés, séchés et transformés en matériaux solides à 95 % dans l’un des 12 sécheurs rotatifs. Les granulés ainsi obtenus sont ensuite acheminés par rail ou par voie routière jusqu’au port voisin de Milwaukee pour y être ensachés (de 2 kilos à une tonne !) et expédiés aux différents clients.

Située sur rive ouest du lac Michigan, dans le Midwest, Milwaukee tire son nom d’un terme amérindien signifiant « point de ralliement au bord de l’eau ». Un qualificatif qui convient parfaitement au processus exemplaire mis en oeuvre dans cette ville : tout à la fois traiter et recycler les eaux usées, éliminer et valoriser les déchets et réduire la quantité d’énergie consommée par l’ensemble de ces opérations.

Le fertilisant mis au point et commercialisé depuis 1926 par le Milwaukee Metropolitan Sewerage District (MMSD se présente sous forme de granulés, une matière extraite des eaux usées de la ville et des brasseries environnantes. Les nutriments, présents en abondance dans ces eaux, servent de nourriture aux micro-organismes chargés de dégrader la matière. Une fois séchée, cette biomasse devient un compost fertile bien connu sous la marque déposée Milorganite® – « Milwaukee Organic Nitrogen », azote organique de Milwaukee – vendu aux États-Unis, au Canada et dans les Caraïbes.

La production de Milorganite® s’intègre dans une stratégie plus vaste de développement durable élaborée conjointement par le MMSD et son partenaire Veolia. L’objectif est double : répondre aux exigences de la réglementation environnementale – valorisation des eaux usées, réduction de l’empreinte carbone –, tout en développant un ensemble de programmes techniques novateurs. Ce processus présente aussi des atouts sociétaux : un accès aux programmes d’achat des entreprises solidaires (Small Women Minority Business Enterprise - SWMBE) ; une contribution à la gestion locale d’actions collaboratives visant à contrôler les inondations.


Milwaukee :

Milwaukee :

production du fertilisant le Milorganite®


Milwaukee :

Milwaukee :

production du fertilisant le Milorganite®


Milwaukee :

Milwaukee :

production du fertilisant le Milorganite®


Milwaukee :

Milwaukee :

production du fertilisant le Milorganite®

Le Milorganite®, un succès commercial

48 000 tonnes de Milorganite® sont produites tous les ans. Les ventes progressent régulièrement (elles ont permis de réaliser un chiffre d’affaires de plus de 10 millions de dollars en 2017), notamment grâce à la composition unique du produit, selon Kevin Shafer, le directeur général du MMSD. « D’autres villes produisent des engrais comparables, mais le nôtre est de meilleure qualité grâce au dosage optimal en DBO (demande biologique en oxygène) de ses composants, qui proviennent des effluents de la brasserie. »

Une expertise reconnue

L’excellence du partenariat entre le MMSD et Veolia a été récompensée par plusieurs prix prestigieux. Parmi eux, le prix de l’Eau de la Clean Water Alliance, le prix Platine de l’Association nationale des agences de l’eau propre et le Prix des services émérites du Conseil national des partenariats public-privé. Le site de Jones Island est devenu l’un des plus fréquentés lors des journées du patrimoine de la ville de Milwaukee, avec plus de 4 000 visiteurs en 2017. En 2016, avec deux ans d’avance, le MMSD a prolongé de dix ans le contrat de Veolia, compte tenu de la qualité des services fournis. Scott Royer, vice-président et directeur général du projet chez Veolia, attribue ce succès à l’engagement du Groupe en matière de développement durable.

« En conjuguant l’objectif du MMSD, à savoir atteindre 80 % d’énergie renouvelable pour ses activités de traitement des eaux usées, et l’engagement de longue date de Veolia en matière de recyclage, nous savons que cet accord sera un partenariat gagnantgagnant. »

L’essentiel des ventes du Milorganite ® se fait auprès de clubs de golf, de gestionnaires d’espaces verts et de grandes enseignes. Selon Kevin Shafer, son origine naturelle est son principal atout. Il se dissout plus lentement et s’infiltre dans le sol plus efficacement que les engrais de synthèse fabriqués à base d’une ressource limitée : le phosphore. »

En 2008, le MMSD a initié un partenariat public-privé avec Veolia. Dans le cadre de ce contrat, renouvelé en 2016, le Groupe assure l’exploitation et la maintenance des deux installations de traitement des eaux usées de la ville – Jones Island et South Shore –, d’un réseau de collecte de 515 km et d’un « tunnel souterrain » destiné au stockage des boues d’épuration. Sans oublier la production de biosolides.

Dans les premiers temps du partenariat, Veolia, opérateur par ailleurs d’un centre d’enfouissement de déchets situé à 27 km de là, propose au MMSD de recourir au biogaz issu de la méthanisation des déchets pour réduire la consommation énergétique de l’usine de Jones Island. Le méthane récupéré est acheminé par pipeline. Achevé en 2017, le projet permet de diviser par deux la consommation de gaz naturel du site, soit 1,5 million de décathermes économisés chaque année. L’ouverture prochaine d’une nouvelle unité de méthanisation portera à près de 85 % la part des activités alimentées au biogaz.

« Avec son idée de valorisation énergétique, Veolia nous a permis de réduire le recours aux combustibles fossiles, et de diminuer ainsi notre empreinte carbone tout en économisant l’argent du contribuable », indique Kevin Shafer. « Promoteur d’une réelle valeur ajoutée, Veolia est devenu un partenaire précieux, pour nous comme pour la ville de Milwaukee. »

Chiffres clés

  • 1,1 million de personnes desservies en assainissement dans 28 communes.
  • 515 km de conduites exploités et entretenus.
  • Plus de 2 385 000 000 litres de capacité combinée pour les deux stations d’épuration.
  • Un réservoir de stockage souterrain de 45 km de long et d’une capacité de 1 972 000 000 millions de litres.
  • 4 800 km de canalisations secondaires et 4 800 km de réseau d’égouts sanitaires.
  • 48 000 tonnes d’engrais biosolides Milorganite® produites par le MMSD chaque année.
  • Plus de 10 millions de dollars de chiffre d’affaires lié aux ventes du Milorganite® en 2017.
  • 1,5 million de décathermes économisés chaque année sur la consommation d’énergie.

En savoir plus :

De l’engrais à partir des eaux usées, une bonne idée à cultiver

Retrouvez l'intégralité des contenus du dossier du mois