Accéder à l’eau potable, là où les réseaux d’eau s’arrêtent

En périphérie de Guayaquil, ville portuaire et capitale économique de l’Équateur, se trouve le bidonville de Monte Sinaí, un quartier informel et précaire. Les habitants y étaient confrontés à un problème d’approvisionnement en eau potable : une distribution aléatoire et conflictuelle, une eau de qualité médiocre à des tarifs élevés et non réglementés. Avec le projet « Agua del Sinaí », Veolia apporte une solution à ce problème avec la mise en place d’une logistique efficace et avec l’aide des technologies intelligentes, et satisfait ainsi un droit humain fondamental.
L'essentiel
Enjeu
Améliorer les conditions sanitaires, économiques et sociales d’une population vulnérable en garantissant un accès sécurisé à une eau potable de qualité.
Objectif
Garantir la distribution à 130 000 personnes isolées et défavorisées d’une eau potable de qualité, à volonté, à un prix fixe et réduit.
La réponse Veolia
Mettre en place une digitalisation de la distribution, couplée à la construction sur le site d’une station d’approvisionnement.

Monte Sinaí est un quartier informel, comme beaucoup d’autres en périphérie des grandes villes des pays en développement, où les populations extrêmement pauvres des zones rurales ne cessent d’affluer. Elles s’installent, sans titre de propriété, dans des maisons faites de bambou.

Ce quartier échappe à toute planification et les services de base ne sont pas assurés. L’approvisionnement en eau est réalisé par des camions qui se soustraient au contrôle de la municipalité. L’eau distribuée est de mauvaise qualité et représente une menace pour la santé de la population de l’ensemble de la métropole, exposant celle-ci au risque accru de maladies hydriques.

Les conditions chaotiques de distribution instaurent un climat de tension. Enfin, les tarifs anormalement élevés et variables s’avèrent insoutenables pour les familles. Cette situation critique, source de tensions croissantes, posait un problème sanitaire, social et politique. Face à cette situation, trouver une solution pour les habitants de Monte Sinaí relevait de l’évidence pour les collaborateurs de Veolia, quand bien même le quartier se situait hors du périmètre du contrat de concession signé avec Guayaquil (exploitation et maintenance des réseaux d’eau potable, d’assainissement et des eaux pluviales de la ville).

« En Amérique latine, le regard croisé alimente une très grande solidarité entre les groupes sociaux, particulièrement forte parmi nos collaborateurs à Guayaquil, explique Frédéric Certain, directeur général de Veolia en Équateur. Veolia ne peut se satisfaire d’un service qui fonctionne bien en ville mais qui reste inaccessible pour des centaines de milliers de personnes aux alentours. Il y va de sa raison d’être, on n’est légitime que lorsque l’on est utile. »

Des technologies intelligentes au service des plus vulnérables

Le défi à relever consistait à organiser la distribution, de façon à garantir une eau de qualité, un approvisionnement sécurisé à moindre coût et un gain de rentabilité aux camionneurs. Le programme « Agua del Sinaí » (« Eau du Sinaí ») est le fruit d’une longue concertation entre Veolia, les responsables des quartiers de Monte Sinaí (majoritairement des femmes, bénévoles et très engagées dans l’organisation de quartiers, qui représentent chacune une centaine de familles) et les partenaires institutionnels. Il est aussi le résultat d’âpres négociations avec les transporteurs. Le fait que les habitants disposent tous d’un téléphone portable a permis de travailler sur une solution pour digitaliser l’approvisionnement en eau. Grâce au GPS, un routage intelligent a été mis en place permettant de localiser les usagers, organiser la distribution et optimiser et suivre au plus près le parcours des transporteurs.

Les chauffeurs disposent d’une application dédiée sur leur téléphone portable qui leur indique l’itinéraire, leur permet d’enregistrer directement les informations des usagers et la quantité livrée. Le tout est piloté par Veolia grâce à un système de monitoring et de gestion à distance. Chaque camion dispose d’une identification propre, attribuée par la municipalité, et les camionneurs portent désormais des uniformes - officialisant leur rôle, source de grande fierté pour ces travailleurs. Les véhicules affichent le logo « Agua del Sinaí », le prix appliqué et un numéro de téléphone pour recueillir les plaintes éventuelles et les commandes. La construction par Veolia d’une station de remplissage au sein même du quartier, reliée par canalisation au service municipal, revêt de multiples fonctions (remplissage, bureau, etc.). C’est le lieu de la vérification de la qualité de l’eau par prélèvements aléatoires d’échantillons, soumis à des analyses bactériologiques. Cet emplacement a également permis une amélioration notable : la garantie de l’origine de l’eau distribuée et la réduction du temps de trajet des transporteurs. Auparavant, la station de remplissage la plus proche se situait à 8 km.

« Les services qu’apporte Veolia ne peuvent se développer sans une compréhension de ce qui se passe dans les communautés les plus fragiles, analyse Frédéric Certain. Nous avons beaucoup travaillé sur le lien social, c’est un apport supplémentaire qui consolide notre légitimité en Amérique latine. »

Un impact positif pour chacun

Désormais, un camion-citerne passe au minimum 4 fois par jour devant chaque maison, mais cela peut aller jusqu’à 8 fois en fonction de la demande, distribuant de l’eau potable à un prix fixe et plus accessible, dans la sérénité. Ce dispositif à faible coût bénéficie d’abord aux usagers, qui disposent d’un service d’eau potable de qualité, réglementé, sécurisé, ce qui se révèle positif pour leur santé et leur pouvoir d’achat. Mais il profite aussi aux camionneurs, dont les conditions de travail et la rentabilité se sont améliorées, et à la municipalité, qui voit le risque d’une crise sanitaire et sociale s’éloigner. « Pour Veolia, c’est une satisfaction et une fierté d’avoir apporté de l’aide, se réjouit Frédéric Certain. Et pour nos collaborateurs sud-américains, c’est extrêmement important d’avoir aidé leurs prochains. Nos usagers, ici, nous en sont infiniment reconnaissants. »

« Agua del Sinaí » prouve que la distribution d’eau potable de qualité n’est pas impossible sans un raccordement au réseau formel. Ce qui a été mis en place à Guayaquil est applicable à d’autres quartiers précaires, mais aussi à des zones d’extension urbaine d’Amérique latine, d’Afrique, d’Inde, etc. confrontées au même problème.

« La difficulté n’est ni technique ni financière. La clé du succès de ce programme réside dans la volonté et le courage des équipes de Veolia qui ont souhaité apporter une solution à la population la plus vulnérable de la ville. Ce type d’action donne à Veolia une légitimité renouvelée pour intervenir dans les régions pauvres », conclut Frédéric Certain.

Bilan après un an de fonctionnement

De l’eau pour tous
Depuis avril 2019, le programme « Agua del Sinaí » fournit une eau potable de qualité à tous les logements du quartier informel de Monte Sinaí, à 15 km de Guayaquil, soit 130 000 personnes (dont 100 000 enfants) dans un état d’extrême pauvreté. Une population qui augmente de 10 000 à 20 000 personnes par an. La station d’approvisionnement en eau construite au sein du quartier comporte 8 pompes qui permettent à 26 camions-citernes de distribuer 2 500 m3 d’eau potable par jour. Sur place, un système efficace et régulier d’analyse bactériologique garantit la qualité de l’eau.

Régularité du service
La digitalisation de la distribution par un routage intelligent, via le GPS et une application dédiée sur le téléphone portable des transporteurs, permet d’ajuster en temps réel les livraisons à la demande.
Les camionneurs effectuent 7 à 8 voyages par jour contre 4 au maximum auparavant, et ils passent désormais devant chaque maison 3 ou 4 fois par jour minimum : conséquence directe pour eux, l’augmentation de leur chiffre d’affaires.
Un dispositif automatique de contrôle et de signalisation des camions-citernes et de leurs chauffeurs, ainsi qu’un prix unique fixe garanti, a permis la pacification des relations entre usagers et camionneurs.

Amélioration du pouvoir d’achat des utilisateurs
Le réservoir de 0,21 m3 est facturé au tarif unique de 0,75 US$. Soit une baisse de plus de 25 % par rapport au prix minimum précédent (qui variait de 1 US$ à 3 US$ pendant la saison des pluies).

Financement
Veolia a apporté 450 000 $
pour la construction de la station de remplissage et pour accompagner la mise en place du dispositif. Aujourd’hui, le projet ne requiert plus de financement. Les 540 000 foyers de Guayaquil qui disposent d’un compteur d’eau apportent une contribution de 0,10 $ par mois à un fond destiné au renouvellement des véhicules des transporteurs.

En savoir plus :

Un programme complet d’accès à l’eau