Return to my selection
14 novembre 2019

Entre ciel et désert, l’agriculture urbaine gagne du terrain à Phoenix (Arizona, États-Unis)

Depuis 2016, les élus de la capitale de l’Arizona cherchent à redessiner leur ville afin de la rendre plus durable. Parmi les solutions avancées, le développement de l’agriculture urbaine. Il présenterait, selon une étude, le double avantage de « rafraîchir » cette métropole-oasis située au cœur du désert de Sonora et de proposer des fruits et légumes frais aux habitants.

Une étude1 de la National Science Foundation (NSF) montre les nombreux bienfaits qu’apporterait l’agriculture dans cette ville de plus de 1,5 million d’habitants :proposer aux habitants des fruits et légumes frais et de qualité2 , ouvrir de nouveaux espaces verts, améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments, valoriser les déchets verts en énergie, réutiliser les eaux usées4, réduire les coûts de transport grâce aux circuits courts de distribution de produits maraîchers.
 
Matei Georgescu5, l’un des auteurs de l’étude, démontre que si la ville réservait 5,4 % de son espace urbain à l’agriculture (environ 7 252 hectares)), les édiles pourraient satisfaire l’un de leurs objectifs de développement durable : répondre à 90 % de la demande en fruits et légumes frais des résidents, soit quelque 183 000 tonnes de produits frais produits chaque année.
 
Grâce aux images satellites et aux données cadastrales, les auteurs ont pu repérer trois types de zones urbaines disponibles pour développer cette agriculture de ville : les terrains en friches, les toits et les façades de bâtiments : ce dernier espace, une fois végétalisé, peut supporter des systèmes de culture verticale.
 
Concernant les friches, leur réhabilitation avant utilisation permettrait d’augmenter les espaces verts de la ville de 17 % et d’améliorer (de l’ordre de 60 %) l’emprise d’espaces verts dans des quartiers qui en sont aujourd’hui dépourvus.
 
Quant aux toits végétalisés, ils réduiraient la consommation énergétique des bâtiments grâce une meilleure isolation des bâtiments, de 3 % par an (soit 50 000 tonnes de CO2 évitées chaque année).
 
1 “Urban agriculture's bounty: contributions to Phoenix's sustainability goals”. Sept. 2019. Auteurs : Nazli Uludere Aragon, Michelle Stuhlmacher, Jordan P Smith, Nicholas Clinton and Matei Georgescu. En accès libre : https://iopscience.iop.org/article/10.1088/1748-9326/ab428f
2 « Food deserts » expression idiomatique pour désigner des fruits et légumes de qualité médiocre, bien souvent les seuls que les habitants de ces villes désertiques peuvent trouver, car les étals des épiceries ou marchés locaux manquent de produits frais et de qualité nutritive correcte. Source American Nutrition Association.
 
4 Les eaux grises sont des eaux usées produites par les activités domestiques. Elles peuvent être réutilisées après avoir subi un traitement.
5 Matei Georgescu est professeur associé en planification urbaine. School of Geog Sci & Urban Pln, Associate Professor, Associate Director for Research-Based Graduate Programs Faculty, TEMPE Campus.

© Matt Mawson/Getty Images