Return to my selection
13 février 2017

Croissance verte pour la plus grande ferme verticale du monde

AeroFarms, leader en matière d’agriculture d’intérieur, poursuit le développement de son modèle original d’agriculture urbaine de proximité en investissant d’anciennes infrastructures industrielles. L’entreprise américaine vient d’ouvrir un nouvel espace de production agricole et redynamise ainsi un territoire délaissé.

AeroFarms
© AeroFarms

Comment valoriser un quartier industriel désaffecté, anciennement l’un des fleurons de la vente au détail de poutrelles métalliques ? Comment redonner vie à des hangars hauts d’une dizaine d’étages en moyenne sans fenêtre, donc sans lumière naturelle ? Depuis 2008, AeroFarms (Newark, New Jersey) a s’est employé à trouver la réponse, avec l’appui de partenaires financiers. En août 2015, la première ferme aéroponique* du monde, d’une surface d’environ 2 800 m2, ouvrait ses portes.
 
Après une année et demie d’exploitation au rythme de 22 à 30 récoltes annuelles de salades, roquettes, choux et autres micro-végétaux, le succès est assuré. La vente locale des produits se développe et pour répondre à la croissante demande de proximité, l’entreprise vient d’ouvrir, à deux pas du premier lieu, un nouvel espace de 6 500 m2. La hauteur sous plafond permet d’empiler une douzaine de tables de cultures longues chacune d’environ 24 mètres sur une dizaine de mètres de hauteur. Les premières ventes issues de cette nouvelle ferme sont attendues pour le premier trimestre 2017. À plus long terme, AeroFarms prévoit d’exploiter près de 18 hectares d’agriculture hors sol, pour un rendement d’environ 750 tonnes de produits frais par an**.
 
« Il s’agit d’une agriculture totalement maîtrisée, ce qui nous permet de comprendre la biologie des végétaux comme jamais auparavant », s’enthousiasme David Rosenberg, cofondateur et directeur général d’AeroFarms. Les avantages écologiques et climatiques de ces fermes urbaines du 21ème siècle sont probants : la production locale n’est plus dépendante de la météo, il n’y a pas d’utilisation de pesticides, les émissions de CO2 sont faibles, la consommation d’eau est minimale, le déchet agricole inexistant et le recyclage des nutriments intégral. Ce qui fait dire à Marc Oshima, cofondateur de l’entreprise , que « tout a été  mesuré jusqu’au micron près de la gouttelette pulvérisée ».
 
David Rosenberg a su convaincre ses partenaires de financer le premier bâtiment d’un montant de 30 millions de dollars US (soit 28 millions d’euros), avec en perspective, un marché prometteur pour ces produits frais qui séduisent de plus en plus les classes moyennes : un marché estimé à quelques 6 milliards de dollars en 2022. Pour l’heure, les deux investisseurs ont levé 70 millions de dollars pour ouvrir 25 fermes verticales ces 5 prochaines années.
 
--
 
* La technique d’aéroponie consiste à faire pousser des plantes hors sol. Exposées à la lumière de LED, elles se développent à travers un fin tissu organique et se nourrissent d’engrais biologiques.
 
** Le magazine américain NewYorker publie ce mois un article complet sur le développement des activités d’AeroFarms « The Vertical Farm », par Ian Frazier.