Return to my selection
8 mars 2018

La pomme de terre à l’heure écologique

Les grands producteurs-transformateurs de pomme de terre innovent en faveur du développement durable. Résultats : moins d’émissions de CO2, plus d’économies d’énergie et une meilleure gestion de l’eau au cours des processus de production et de transformation.

La revue mensuelle Spudman* présente les récentes initiatives « vertes » prises par de grands producteurs-transformateurs de la plante la plus consommée au monde après le blé et le riz. Pour les dirigeants de ces firmes agro-alimentaires, de nouveaux modèles de production sont possibles ; ils ont pour vertu de réduire les coûts de production tout en apportant des réponses aux enjeux environnementaux et climatiques.
 
Spudman cite en exemple Agrarfrost, une entreprise agro-alimentaire allemande**  devenue une entreprise à énergie positive. Le stockage du féculent nécessite une ventilation et le maintien à basse température 10 mois par an : pour réduire ses dépenses énergétiques, Agrafrost a alors construit un nouvel entrepôt équipé d’un toit solaire photovoltaïque délivrant une puissance maximale de 900 KW, supérieure à l’énergie consommée par le stockage. L’entreprise a pu ainsi réduire ses émissions de CO2 de 1 750 tonnes par an.
 
L’entreprise belge Mydibel*** a quant à elle pris l’initiative de valoriser ses déchets : deux digesteurs récupèrent désormais l’ensemble des rebuts générés au cours de la  production-transformation. Le biogaz issu de ces digesteurs alimente quatre chaudières qui délivrent à leur tour chaleur et électricité. 92% des besoins énergétiques du site de production sont depuis assurés par l’utilisation de cette biomasse. Avec la rénovation du réseau des eaux de process, le tiers des eaux usées est réutilisé sur place. Au final, en 10 ans, Mydibel a réduit sa consommation d’énergie de 20% et ses émissions de CO2 de 40%.
 
 
 
 
*© Melanie Epp, “Green In Many Ways”, Spudman.com, January 2018
**Agrarfrost propose de nombreux produits transformés, de la frite aux flocons déshydratés.
***Mydibel, producteur de 225 000 tonnes de produits dérivés de pomme de terre chaque année, exporte dans plus de 120 pays.

 

© Photothèque Veolia