Allemagne Cover

En Allemagne, Veolia revisite les codes du mécénat

Avec le fonds de microdotations Pro Ehrenamt, la Fondation Veolia Allemagne accompagne les salariés du Groupe qui souhaitent consacrer une partie de leur temps libre au bénévolat. Aujourd’hui, la Fondation aborde une nouvelle étape de son histoire. Depuis 2016, elle promeut les expertises du Groupe et cherche à développer la coopération et les partenariats en faveur d’actions originales, directement liées aux coeurs de métier de Veolia.

Nouvelle stratégie pour ressourcer le monde

Après seize ans d’existence, la Fondation Veolia Allemagne évolue, parallèlement à sa vocation traditionnelle de mécénat. Son objectif : soutenir l’innovation en matière de protection des ressources en eau, d’efficacité énergétique et d’économie circulaire. La Fondation entend jouer un rôle plus opérant, avec des initiatives en résonance directe avec les coeurs de métier du Groupe. « Tout l’enjeu pour nous est d’être capables de repérer des projets d’envergure que nous ouvririons à des partenaires extérieurs, voire d’autres fondations, estime Fiene Berger. Cela implique également que chacun augmente ses dotations. » La réflexion doit conduire, en 2018, à la mise en oeuvre de la nouvelle stratégie. Pour en savoir plus : http://www.veolia-stiftung.de

> 2001 : création de la Fondation
> 3,2 M € de dotations accordées depuis 2001
> 320 employés engagés dans le mécénat de compétences
> 430 projets solidaires soutenus, dont 226 à travers Pro Ehrenamt

Ils sont pompiers volontaires, amateurs dévoués à leur club sportif, secouristes bénévoles, défenseurs de la nature ou animateurs d’activités jeunesse… Pendant leur temps libre, les salariés de Veolia en Allemagne sont nombreux à donner de leur personne ! Pour accompagner ces vocations citoyennes, la Fondation Veolia Allemagne a créé Pro Ehrenamt, un système de dotations plafonnées à 50 000 €/an. L’idée : attribuer 500 € à tout salarié justifiant d’au moins cent heures d’engagement dans une association. L’enveloppe sert à couvrir des frais comme l’achat d’équipement ou des outils de communication.
 

« Ce principe de microsubventions encourage les valeurs d’engagement au sein de l’entreprise, explique Fiene Berger, directrice de la Fondation. Par ailleurs, il y a en Allemagne une culture du volontariat que nous souhaitons entretenir. Aussi, dès qu’un salarié agit à titre bénévole pour le bien commun, nous le soutenons. » Lancé en 2014, le programme enregistre un nombre croissant de candidatures, à mesure que son champ d’application s’élargit. L’an dernier, pour la première fois, 100 projets ont été subventionnés, couvrant la totalité du fonds accordé.

Retrouvez l'intégralité des contenus du dossier du mois