Return to my selection
28 juin 2018

Californie : présence accrue d’arsenic dans les eaux souterraines

D’après une étude scientifique* publiée dans la revue britannique Nature, c’est la surexploitation des réserves hydriques souterraines de la vallée de San Joaquin qui provoquerait ce phénomène. Une menace qui, à terme, fragiliserait les activités agricoles et la ressource en eau potable.

Si le phénomène n’est pas nouveau, il s’aggrave :  les échantillons d’eau prélevés depuis 10 ans dans les puits de San Joaquin en Californie montrent une concentration en arsenic supérieure aux 10 µg/l recommandés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
 
Selon l’étude, le niveau de l’eau dans les réservoirs naturels de cette partie méridionale de la Vallée centrale californienne** a diminué « à un rythme annuel moyen de 20 cm entre 1925 et 1975, puis de 25 cm entre 2012 et 2016 ». Cela a pour conséquence de « libérer » l’arsenic habituellement piégé dans les parois poreuses de la réserve d’eau. Ce composé toxique contamine alors la nappe phréatique, dégradant de fait la qualité de l’eau potable disponible. 
 
Les effets néfastes de l’arsenic sur la santé sont bien connus : risque de cancer, maladie cardiaque et diabète.
 
 
 
* « Overpumping leads to California groundwater arsenic threat », Ryan Smith, Rosemary Knight & Scott Fendorf. Nature Communications 9, Article number : 2089, 5 June 2018
**diminution notamment due à la sécheresse des quatre dernières années dans cette région du monde, à laquelle s’ajoutent les besoins croissants en eau pour les activités agricoles et les usages domestiques.

 

© Gary Kazanjian - AP- SIPA