Return to my selection
7 mai 2019

Accord de coopération spatiale franco-africain, au service du climat

Signé par l’Éthiopie et le Kenya avec la France, cet accord permettra à ces deux pays d’Afrique de l’est d’améliorer le suivi du changement climatique et d’accroître leurs compétences dans divers domaines spatiaux.

L’intérêt pour l’Afrique de se doter de compétences spatiales est multiple et stratégique.  En effet, l’avenir durable du continent dépend en partie de la qualité du traitement des données satellitaires .
 
Aussi, le président de la République française, Emmanuel Macron, a profité de sa présence au « One Planet Summit », qui s’est déroulé du 11 au 14 mars à Nairobi (Kenya)*, pour signer une convention-cadre de développement spatial avec chacun des deux pays.
 
Ces deux accords de coopération concernent l’Observatoire spatial du Climat, un « hub » entre les agences spatiales et la communauté scientifique internationale, créé pour mesurer les impacts du changement climatique, concevoir des applications spatiales pour la gestion des ressources en eau, la surveillance des forêts et des cultures, les soins de santé et le développement de la connectivité et enfin, mutualiser toutes ces données.
 
Le Centre national d’études spatiales français (CNES), présent lors des deux signatures, est par ailleurs co-constructeur de l’Observatoire spatial du Climat initié en décembre 2017 à la veille de la première édition du « One Planet Summit »..
 
*La convention-cadre a été signée en 2 temps : 
- le 13 mars à Addis-Abeba (Éthiopie), entre une importante délégation ministérielle française et le directeur général de l’Institut éthiopien des sciences et technologies spatiales (ESSTI),
- le 14 mars à Nairobi (Kenya), en marge des deux évènements internationaux qui se sont déroulés du 11 au 14 mars dans cette ville : le « One Planet Summit » et l’Assemblée annuelle des Nations unies pour l’environnement.

© Jacques Witt_SIPA