Return to my selection
28 novembre 2019

Du charbon à l’énergie éolienne : la reconversion des mineurs roumains

L’Association roumaine des énergies éoliennes*, la RWEA, prépare la reconversion professionnelle des anciens mineurs, arrêt progressif des centrales à charbon oblige. Et leur propose une première visite professionnelle sur site, pour engager cette mutation et maintenir l’emploi.

Ils ne changeront pas de secteur d’activité, mais bien de métier. Cinquante femmes et hommes anciennement employés dans le bassin minier de la vallée de Fântânele-Cogealac, en Roumanie, ont participé à une première visite de la plus importante ferme éolienne d’Europe,, aujourd’hui opérationnelle dans cette même vallée.  Objectif de la RWEA, organisatrice de l’opération : permettre à ces anciens mineurs d’acquérir de nouvelles compétences, celles que requiert l’exploitation  à l’échelle industrielle de cette énergie renouvelable. Un début de reconversion professionnelle qui permet de préserver des emplois.
 
« Si la vallée fut autrefois le pouls énergétique de la nation, comme d’autres régions d’extraction intensive de charbon, les mines sont aujourd’hui presque toutes fermées. Avec pour conséquence des villes et des communautés à l’abandon. La moitié de sa population a déserté la région depuis les années 1990. Aussi, toutes les parties prenantes, associations, gouvernement local, syndicats et entrepreneurs sociaux se sont unis pour tenter de redonner vie à ce bassin en déshérence”, explique un responsable de l’Association européenne de l’industrie éolienne, Wind Europe, qui soutient l’initiative.
 
Selon la présidente de RWEA, Claudia Brânduș, « outre que nous devons augmenter la part des énergies renouvelables dans notre mix énergétique, nous devons aussi nous soucier de l’avenir de ces communautés minières qui ont tant contribué à l’industrialisation de notre pays. »
 
Suite à cette visite professionnelle, l’ Dumitru Nicolae a constaté que cette nouvelle industrie est bien différente de celle du charbon. « Nous étions habitués à travailler à 400 mètres de profondeur. Demain, nous travaillerons à ciel ouvert, pour le plus grand soulagement de nos familles. »
 
« Les mines ferment et de nouvelles opportunités se font jour, précise encore Wind Energy. L’éolien ne résoudra pas tout, mais il contribuera à l’effort collectif. »
 
 
 
*Romanian Wind Energy Association, RWEA.

© BASTIAN / CARO FOTOS / SIPA