Return to my selection
2 janvier 2019

Refroidir la planète, une solution pour le climat ?

Une expérience de géo-ingénierie* prévoit de larguer des particules de carbonate de calcium dans la très haute atmosphère terrestre avec l’espoir, à terme, d’assombrir la planète, et ainsi de la refroidir.

Une expérience de géo-ingénierie* prévoit de larguer des particules de carbonate de calcium dans la très haute atmosphère terrestre avec l’espoir, à terme, d’assombrir la planète, et ainsi de la refroidir.

 
 Au premier semestre 2019, une équipe scientifique de l’université d’Harvard (Cambridge, Massachussets, USA) relâchera de fines particules de carbonate de calcium — particules jugées non polluantes d’après les initiateurs du projet — dans la stratosphère**, à l’aide d’un ballon dirigeable. C’est une expérience inédite grandeur nature qui a valeur de test. Si elle s’avère concluante, un programme de recherche dédié à la limitation du réchauffement de la planète par diffusion d’aérosols sera alors développé.

 
Ce projet, baptisé SCoPEx (Stratospheric Controlled Perturbation Experiment), est soutenu par l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (National Oceanic and Atmospheric Administration), qui fournira un équipement scientifique capable de vérifier le nombre et la taille des particules relâchées. Celles-ci seront larguées à quelque 20 kilomètres d’altitude au sud-ouest des États-Unis.
 
Des défis technologiques restent encore à relever. Les trois chercheurs responsables du projet*** expliquent : « le diamètre de ces particules difficiles à produire devra être, pour chacune de 0,5 micromètre  environ, pour qu’elles puissent se répandre régulièrement dans l’atmosphère et bloquer les rayons du soleil. Le ballon dirigeable qui diffusera ces particules devra en outre être très agile, un pari dans cet air raréfié. ScoPEx dispose déjà d’un budget de 3 millions de dollars pour préparer l’expérience.
 
C’est en constatant une baisse de la température terrestre moyenne de 0,5°C sur 18 mois, lors du rejet dans l’atmosphère de quelque 20 millions de tonnes de dioxyde de soufre par le volcan Pinatubo (Philippines) en 1991, que le trio de scientifiques a décidé d’approfondir cette solution d’atténuation climatique.
 
L’idée d’assombrir la planète n’est pas nouvelle. Mais face à l’urgence climatique, elle gagne du crédit, au même titre que l’option consistant à retirer du CO2 de l’atmosphère pour le piéger durablement, toujours à l’étude.
 
* « First sun-dimming experiment will test a way to cool Earth », by Jeff Tollefson, Nature, VOL.563, 29 november 2018,
 
** La stratosphère est la deuxième couche principale de l’atmosphère qui fluctue  entre 8 kilomètres d’altitude aux pôles et 50 kilomètres dans les zones tempérées.
 
*** Zhen Dai, Frank Keutsch et David Keith, du Keutsch ‘s laboratory d’Harvard University.

© NASA - SIPA