Return to my selection
16 octobre 2018

Des concentrations élevées de CO2 dans l’atmosphère affecteraient la qualité de aliments

La teneur en protéines, zinc et fer d’aliments de base comme les céréales, le riz et les légumes pourrait diminuer de 3 à 17 % si la concentration en CO2 dans l’atmosphère continue d’augmenter durant les 30 à 80 prochaines années. Les populations les plus fragiles en seraient les premières victimes.

Dans une étude publiée* par Nature Climate Change, deux professeurs du département de santé environnementale de l’Université d’Harvard (Etats-Unis) alertent sur les conséquences d’une concentration trop importante de CO2 dans l’atmosphère. Celle-ci affecterait la santé alimentaire d’une bonne partie de la population mondiale : en tablant sur 550 ppm** de ce gaz dans l’air d’ici le milieu de ce siècle — scénario le plus réaliste d’après les auteurs —, les aliments essentiels que sont les céréales, le riz et certains légumes présenteraient de graves déficits en oligo-éléments et protéines. Parmi les populations particulièrement touchées, celles de l’Asie du Sud et du Sud-Est comme celles d’Afrique et du Moyen-Orient.
 
D’après les auteurs, 1,9 % de la population mondiale (soit 175 millions de personnes) présenteront des carences en zinc dès 2050 et 1,3 % (soit 122 millions de personnes) souffriront de carences en protéines. Le manque de fer pourrait frapper 1,4 million d’enfants en bas âge dans le monde. Pour établir ces pourcentages, l’étude s’appuie sur un modèle statistique décrivant les pratiques alimentaires d’enfants, de femmes et d’hommes de 151 pays.
 
Si Matthew Smith et Samuel Myers notent les progrès réalisés ces deux dernières décennies en matière de nutrition dans le monde, ils recommandent de consommer de variétés moins sensibles aux concentrations élevées de CO2 et de privilégier les techniques agricoles permettant à ces végétaux de mieux fixer les éléments nutritifs.
 
* “Impact of anthropogenic CO2 emissions on global human nutrition”, Matthew R. Smith and Samuel S. Myers, Nature Climate Change, Vol. 8, September 2018.
 
**Nombre de molécules de gaz à effet de serre par million de molécules d’air (partie pour million), source Actu Environnement

© Frilet - SIPA