Return to my selection
20 avril 2017

La forêt urbaine de Belagavi en Inde, un antidote au dérèglement climatique

Pour lutter contre la sécheresse qui sévit depuis plusieurs années dans la partie orientale de l’Inde, des citoyens ont pris l’initiative de « verdir » massivement leur ville de 4,8 millions d’âmes.

Inde
© Ajit Solanki / AP / SIPA​

En 2016, Sameer Majli, responsable formation en entreprise, décide d’agir contre les  effets du dérèglement climatique qui sévit dans l’État du Karnataka. Il fonde une association citoyenne et écologique, Green Saviours, dont la mission est de replanter des arbres, en utilisant une méthode efficace et durable.
 
Sameer s’inspire alors d’une méthode mise au point par Akira Miyawaki. Ce botaniste japonais, expert en écologie végétale, promeut la reforestation en s’appuyant sur la connaissance intime des écosystèmes forestiers, privilégiant les plantes indigènes constitutives des forêts primaires.
 
Les 25 premiers arbres sont plantés à proximité du collège de la ville, et les bénévoles ­— aujourd’hui près d’une centaine ­— se prêtent à l’exercice quatre heures durant, chaque dimanche. Les 1 600 arbres plantés à ce jour constituent le nouveau poumon vert de la ville. Le taux de réussite des plantations  est de 80%.
 
L’office régional des forêts est devenu depuis un partenaire privilégié et envisage de fournir quelque 50 000 jeunes arbrisseaux par an à l’association. Green Saviours projette alors la restauration de l’écosystème forestier environnant, en sélectionnant les plantes natives nécessaires au reboisement des collines qui surplombent la ville.