Return to my selection
31 octobre 2019

Restaurer les eaux de la rivière Bagmati, un enjeu vital dans la vallée de Katmandou

Censée alimenter en eau potable la ville de Katmandou, la rivière Bagmati s’est transformée en décharge à ciel ouvert au cours des dernières décennies. La restauration de ses eaux est désormais une priorité sanitaire et environnementale pour les autorités locales.

La Banque asiatique de développement (BAD) a approuvé, le 23 septembre 2019, un financement supplémentaire de 63 millions de dollars pour la restauration de la rivière Bagmati et la gestion de ses crues. 
 
Le projet initial de rénovation, validé en 2013 par la BAD, prévoyait déjà 30 millions de dollars de fonds concessionnels et de subventions. Des sommes qui ont permis depuis la création depuis d’une première agence de l’eau à l’échelle du bassin amont de la rivière et le financement d’infrastructures tout le long de son cours supérieur.
 
Les fonds supplémentaires alloués par la BAD permettront notamment de construire une station de traitement des eaux usées pour traiter la pollution dans les affluents de la Bagmati, de créer un centre régional de gestion du bassin hydrographique et d’installer un système d’alerte précoce aux inondations.
 
En dépit de son rôle civilisationnel* et économique crucial, la Bagmati est touchée depuis les dernières décenniespar une forte pollution. En cause notamment, la mauvaise gestion du développement urbain à Katmandou, responsable du déversement des déchets et des eaux usées directement dans la rivière. Une situation aggravée par l’action insuffisante des autorités locales, qui ont tardé à élaborer des plans efficaces de gestion des ressources, de protection de l’environnement et de préservation de l’héritage culturel. 
 
Ces projets s’inscrivent dans une initiative de développement plus large lancée à l’échelle régionale par la BAD : celle-ci s’est engagée en 2018 à octroyer 21,6 milliards de dollars de nouveaux prêts et dons de façon à créer une zone Asie et Pacifique prospère, inclusive, résiliente et durable, tout en maintenant ses efforts pour éliminer l’extrême pauvreté.
 
Comptant parmi les principaux cours d’eau de la vallée de Katmandou, la Bagmati est la plus sacrée des rivières népalaises. Elle constitue un espace culturel et religieux capital pour les populations locales. Au fil des générations, l’attachement des habitants de la vallée à leur rivière s’est matérialisé par l’édification de nombreuses structures à vocation religieuse et sociale sur ses rives.
 
Sources : 
 
https://www.marketscreener.com/news/ADB-Asian-Development-Bank-63-Million-Additional-ADB-Funds-to-Help-Heal-Nepal-s-Bagmati-River--29239942/?utm_medium=RSS&utm_content=20190923
 
https://www.mdpi.com/2571-9408/2/3/135/htm
 
https://kathmandupost.com/climate-environment/2018/12/01/can-we-bring-the-bagmati-back

 

© Niranjan Shrestha / AP / SIPA