Return to my selection
7 octobre 2016

Eaux de ballast : une avancée majeure

Après la ratification par la Finlande de la Convention internationale sur le contrôle et la gestion des eaux de ballast le 8 septembre dernier, le quota des pays signataires est enfin réuni pour que cette convention puisse entrer en vigueur le 8 septembre 2017.

Eaux de ballast

 

© OEM Images

L’entrée en vigueur l’année prochaine de la Convention internationale portant sur le contrôle et la gestion des eaux de ballast (Ballast Water Management Convention ou BMW Convention), élaborée dans les années 1980 par l’Organisation maritime internationale (IMO), le Global Environnement Facility (GEF) et le programme des Nations unies pour le développement (PNUD), est une avancée majeure pour la protection des océans.
 
On appelle « eaux de ballast » les eaux de mer qui sont pompées pour nettoyer les réservoirs des navires. Lorsque ces opérations de vidange sont mal maîtrisées et effectuées trop près des côtes, elles menacent fortement la biodiversité marine et affectent les métiers dépendants de la pêche.
 
Le secrétaire général de l’IMO, M Kitack Lim salue la ratification comme l’aboutissement de plusieurs décennies de travail collaboratif entre acteurs publics et privés : « Non seulement l’entrée en vigueur de la Convention minimisera les risques de prolifération des espèces invasives en transit dans les eaux de ballast, mais elle apportera aussi une vision globale et commune pour les professionnels du commerce maritime afin de mieux gérer ces eaux à l’avenir. »
 
L’entrée en vigueur de la Convention devait être effective douze mois après la ratification d’un minimum de 30 États représentant 35 % du volume commercial maritime de la planète. C’est chose faite.