AfricWasrz

AfricWaste l’économie circulaire du plastique arrive en Afrique de l’Ouest

Nouer des partenariats à l’échelle locale avec des entreprises de l’économie sociale et solidaire et des associations pour développer les filières de recyclage des déchets : c’est l’objectif du projet AfricWaste, créé par Veolia dans le cadre d’un partenariat avec le groupe de BTP PFO Africa. Expérimentée à Abidjan (Côte d’Ivoire), l’initiative entend s’appuyer sur l’économie informelle pour implanter une filière structurée de collecte et de valorisation des déchets plastiques, à commencer par les bouteilles en PET.


AfriqueWaste

AfriqueWaste


AfriqueWaste

AfriqueWaste

Pour tenter d’implémenter efficacement de nouvelles pratiques, les promoteurs du projet ont choisi de travailler avec le système de collecte informelle, maillon incontournable du recyclage en Côte d’Ivoire. « Si la collecte informelle fonctionne bien – il s’agit d’un système doté d’une véritable organisation – elle est en revanche sous-optimisée, car les gens ne tirent pas le maximum de profit de leur activité », explique Martine Vullierme, directrice adjointe de la zone Afrique Moyen-Orient de Veolia. Lors d’une première phase pilote, déployée entre octobre 2017 et mars 2018 à Abidjan, le projet AfricWaste a été expérimenté sur la décharge d’Akouédo : un point de collecte et de stockage permet aux collecteurs informels d’y vendre les bouteilles en plastique PET récupérées auprès des particuliers et des commerçants.

Après des débuts concluants, une deuxième phase pilote a été menée entre mars et septembre 2018 dans la commune de Treichville, au sud de la capitale. Une application pour smartphone y a été lancée : l’usager indique la quantité de déchets qu’il souhaite faire enlever, et le lieu où ils se trouvent ; les déchets peuvent ainsi être récupérés par le collecteur le plus proche, qui est alors rémunéré via le paiement téléphonique.

« Le projet est né de cette idée : si les déchets présentent une valeur, nous pouvons créer un lien entre les gens qui les génèrent, ceux qui les collectent et Veolia qui les recycle. Cette relation est facilitée grâce au paiement par téléphone, un service d’ailleurs né en Afrique », rappelle Martine Vullierme.

Au final, l’objectif est de confier les plateformes de collecte et de tri à des entreprises de l’économie sociale et solidaire. Celles-ci fourniront les déchets collectés à Veolia, qui gérera leur traitement et leur recyclage.

Chiffres clés

Jusqu’à 15 tonnes de PET collectées chaque mois
100 francs CFA (0,15 €) : prix d’achat d’un kilo de plastique PET aux collecteurs informels
Échéances du projet :
phase 1: octobre 2017-mars 2018
phase 2: mars-septembre 2018
phase 3 : 2021, consolidation de la filière