Shandong

Shandong (Chine)

L’industriel Hongda Chemical, au service de l’efficacité énergétique

Shandong Hongda Chemical Co, un important fabricant de produits chimiques de la province côtière du Shandong, est exemplaire de la transformation industrielle de la Chine face au changement climatique. Grâce à des solutions innovantes, Veolia est parvenu à transformer ce groupe en champion national de l’efficacité énergétique.

Enjeu

Le temps est compté pour réduire les émissions de CO2 en Chine.

Objectif

Faire de l’efficacité énergétique un levier majeur de la transition énergétique de Hongda Chemical.

La réponse Veolia

25 000 tonnes de CO2 évitées chaque année pour l’industriel.


Shandong

Shandong


Shandong

Shandong


Shandong

Shandong


Shandong

Shandong

Pendant longtemps, Hongda Chemical a concentré ses efforts sur son coeur de métier : la production chimique. En période de forte croissance économique et de faible coût du charbon, la gestion efficace de l’énergie était loin d’être une priorité pour l’entreprise, comme le reconnaît son directeur général, M. Hongtao Wei. Le rendement des équipements énergétiques de l’usine était alors médiocre. Mais le contexte a changé. En 2017, les autorités locales de Shandong ont mis en place des normes environnementales draconiennes que la centrale de cogénération (CHP) de Hongda Chemical ne pouvait respecter. De surcroît, le gouvernement chinois a exigé des industriels disposant de leur propre centrale d’électricité, tels que Hongda Chemical, le paiement d’une taxe sur leurs émissions de gaz à effet de serre.

Olivier Chen, vice-président du développement commercial des secteurs Énergie industrielle et Services énergétiques de Veolia Chine

Chen

Récompenser les champions de l’efficacité énergétique

En décembre 2017, la Chine annonçait le lancement de ce qui deviendra le plus grand système d’échange de quotas d’émissions de gaz à effet de serre (SEQE) au monde. Contrairement au système européen (SEQEUE) initial, qui fixait un plafond d’émissions en fonction des valeurs historiques de production, le SEQE chinois est fondé sur l’intensité carbone (calculée sur la base du rapport entre les émissions de CO2 et la production de l’entreprise), et non sur le volume global des émissions. Il récompensera l’efficacité et les performances en fonction des normes de référence du secteur. Une fois le nouveau programme en place, il s’appliquera d’abord et uniquement aux centrales électriques (connectées au réseau), puis sera élargi à des secteurs comme l’aluminium, le ciment, les produits chimiques, le papier et les métaux ferreux. Les industriels n’auront aucun intérêt à « déjouer » le système en repoussant au lendemain des solutions d’efficacité énergétique déjà viables. Dans le cadre du SEQE, les entreprises qui émettent le moins d’émissions par unité de production seront financièrement récompensées.

Les gains en efficacité énergétique réalisés à l’usine chimique de Hongda Chemical seront un levier important du futur système national d’échanges de quotas d’émissions. « Les gains d’efficacité du système énergétique mises en place par Veolia permettront à Hongda Chemical d’obtenir puis d’échanger des crédits carbone sur ce marché, en sachant que le prix des transactions sera sans doute de plus en plus élevé à l’avenir », explique Olivier Chen.

Une usine de référence

Alors gestionnaire des services essentiels (chauffage, climatisation, eau, électricité) de nombreux industriels chinois, Veolia a apporté une solution à Hongda Chemical : moderniser le système énergétique de l’usine et mettre en oeuvre deux contrats de gestion d’énergie. L’objectif est non seulement de rendre le site conforme, mais aussi d’en faire une véritable usine de référence.

La transformation des deux chaudières à lit fluidisé circulant (LFC) d’une production de vapeur de 220 t/h s’est achevée en mars 2018 ; après la rénovation, les émissions de poussières ont chuté de plus de 90 % ; les émissions d’oxyde d’azote (NOx) et de dioxyde de soufre (SO2) ont été réduites de 80 %, permettant à l’entreprise d’être en parfaite conformité avec les réglementations environnementales les plus strictes. L’efficacité énergétique de l’ensemble de la centrale a augmenté, passant de moins de 60 % à plus de 80 % : une source d’économie non négligeable pour Hongda Chemical, accompagnée une réduction significative de ses émissions de gaz à effet de serre (voir chiffres clés).

La Chine, chef de file de programmes ambitieux

L’efficacité énergétique apparaît de plus en plus comme une solution prometteuse pour lutter contre le dérèglement climatique. Selon Fatih Birol, directeur général de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), « des politiques d’efficacité énergétique adaptées pourraient permettre de réaliser à l’échelle internationale plus de 40 % des réductions d’émissions de CO2 nécessaires pour atteindre les objectifs climatiques, sans recourir à de nouvelles technologies ».

Au niveau mondial, la Chine s’impose peu à peu comme un chef de file en la matière. Depuis l’an 2000, des programmes incitatifs ambitieux ont été développés, ciblant aussi bien les centrales électriques que les appareils électroménagers. Au final, le pays a significativement rationalisé sa consommation énergétique, affichant en 2017 une économie de 1,2 gigatonne de CO2 – soit 12 % d’énergie non consommée. Ce qui représente la quasi-totalité des émissions annuelles du Japon !

Un marché en plein boom

Veolia accompagne de plus en plus d’entreprises chinoises dans la conformité aux règles environnementales. Avec l’entrée en vigueur de nouvelles normes sur l’efficacité énergétique des data centers, le Groupe a ainsi été choisi par une entreprise d’édition chinoise pour mettre en place une usine d’eau réfrigérée dans son pôle de big data et mettre en place une nouvelle démarche d’éco-responsabilité.

Autre exemple dans le nord-est de la Chine, où Veolia s’est vu confier un contrat portant sur la construction, l’exploitation et la maintenance d’une centrale biomasse, la mise en place d’une alternative écologique au charbon et un projet permettant d’alimenter une usine en énergie renouvelable à 80 %.

Ces clients ont rejoint les rangs d’une nouvelle génération d’industriels chinois qui repensent leur production pour contribuer à la lutte mondiale contre le dérèglement climatique. « La Chine sera certainement en mesure d’honorer les engagements pris dans l’accord de Paris, précise M. Wei. Nos activités sont une source d’émissions de CO2, et nous devons poursuivre nos efforts pour réduire ces dernières. »

Chiffres clés

232 tonnes de SO2 évitées chaque année
572 tonnes de NOx évitées chaque année
25 000 tonnes de CO2 évitées chaque année
104 tonnes de poussière évitées chaque année
161 GWh d’énergie produits chaque année
• Une efficacité énergétique passée de 60 à 80 %

Retrouvez l'intégralité des contenus du dossier du mois