Return to my selection
27 mars 2017

Afrique : électrifier autrement

L’Africa Progress Panel préconise d’investir dans le hors-réseaux et les mini-réseaux pour résoudre la crise énergétique du continent.

Electricité
© Photothèque Veolia / Christophe Majani d'Inguimbert

Le 13 mars, au siège de la Banque africaine de développement, à Abidjan (Côte d’Ivoire), l’ Africa Progress Panel*, un think tank basé à Genève, a présenté son rapport « Lumière, puissance, action : électrifier l’Afrique ».
 
Il pointe l’urgence pour les États africains de mettre en place des mesures incitatives aux investissements dans les systèmes décentralisés - hors réseaux et mini-réseaux -, plus économiques et plus rapides à mettre en place. « Nous ne pouvons plus nous limiter aux approches traditionnelles d’extension du réseau, qui ne sont plus viables. Nous savons quelles sont les solutions à développer afin de réduire et, à terme, résorber le déficit énergétique de l’Afrique » souligne Kofi Annan.  
 
À ce jour, la moitié de la population africaine (620 millions d’habitants) n’a pas accès à l’électricité, notamment dans les zones rurales. On estime que seuls 30 % des 315 millions de personnes qui y accéderont d’ici 2040, seront raccordés aux réseaux nationaux.

__ 
* L’Africa Progress Panel est un groupe de 10 personnalités issues des secteurs privé et public. Il est présidé par Kofi Annan, qui fut secrétaire général des Nations unies de 1997 à 2006 et Prix Nobel de la paix en 2001.