Return to my selection
25 juillet 2018

Au Kenya, le sac plastique a la vie dure

Sept mois après l’interdiction des emballages plastiques par les autorités kenyanes*, une étude dénonce l’ampleur de la pollution - 174 000 tonnes se retrouvent toujours chaque année dans la nature -. Elle pointe aussi les progrès en cours.

Le rapport, rédigé par Eunomia Research and Consulting**, indique que 174 000 des 260 000 tonnes d’emballages plastiques franchissant chaque année les frontières kenyanes sont jetées dans la nature, ou enfouies en toute illégalité. 
 
L’auteur du rapport, Tim Elliot, déplore « qu’il y ait encore des quantités massives d’emballages plastiques non traitées. Les sites illégaux concentrant ces déchets sont nombreux et ces déchets s’éparpillent dans la nature. Il y a encore beaucoup de travail à faire ».  
Le consultant d’Eunomia tempère toutefois : « Le Kenya progresse dans sa lutte contre l’usage de ces emballages. L’interdiction des sacs plastiques comme le souci de leur valorisation contribuent à améliorer la situation.” 
 
Le rapport souligne cependant le manque d’infrastructures de traitement de ces déchets et recommande de prendre des mesures de sensibilisation et d’éducation de la population. 
 
Les résultats de cette étude devraient permettre à terme de mettre en place une stratégie crédible de traitement et de gestion de ces déchets au Kenya.
 
 
 
* Août 2017 : le gouvernement kenyan interdit la production et l’emploi des emballages plastiques, sous peine d’amende dissuasive et d’emprisonnement. Source  Resource.
** Mars 2018 : rapport « Plastic Packaging Waste Flow in Kenya ». Eunomia

 

© Julius Mwelu - TWENTY TEN - SIPA