Paul leccia Cover

(France)

Interview : 3 questions à Paul Leccia

Président du Cercle des nageurs de Marseille (France)

Energido, ça chauffe !

Energido est une solution innovante de valorisation énergétique des eaux usées développée par Veolia. Le Cercle des nageurs de Marseille (CNM) l’a choisie pour chauffer son prestigieux bassin olympique de 3 000 m3, où les champions Camille Lacourt et Florent Manaudou viennent régulièrement s’entraîner. Le procédé breveté permet de récupérer la chaleur des eaux sanitaires usées en les dérivant vers un échangeur thermique. Cette énergie renouvelable et disponible en permanence permet de maintenir la température de l’eau à 27 °C toute l’année et de préchauffer les eaux chaudes sanitaires utilisées par les nageurs. Paul Leccia explique les bénéfices économiques et environnementaux d’Energido pour le CNM.

Pourquoi avez-vous choisi la solution Energido pour chauffer le bassin olympique du CNM ?

Notre choix s’inscrit dans une évolution, évoquée au sein du conseil d’administration depuis plusieurs années, dont l’objectif est de réaliser des économies d’énergie significatives. Après avoir consulté plusieurs études concernant la récupération des eaux sanitaires, il s’est avéré que la solution Energido d’échangeurs thermiques externes était bien plus adaptée à notre site et surtout moins coûteuse. Et cela pour un rendement équivalent, voire supérieur.

Comment cette solution a-t-elle été mise en oeuvre ?

Une fois la technologie définie et le projet validé, nous avons opté pour une délégation de pouvoir quasi totale auprès de la Société des Eaux de Marseille, filiale de Veolia. Notre partenariat s’est d’ailleurs scellé dans cette optique, sur la base d’un échange perpétuel et d’un pilotage des projets par les ingénieurs de la Société des Eaux de Marseille.

Après un premier bilan d’exploitation, êtes-vous satisfait du choix d’Energido ?

Les résultats obtenus sont en accord avec nos attentes, à savoir une production de CO2 bien plus faible qu’à l’accoutumée, grâce à une réduction de 230 tonnes des émissions, et une baisse de 30 % de notre facture de gaz, ce qui correspond à une prise en charge totale du chauffage du bassin olympique tout au long de l’année.

 

Retrouvez l'intégralité des contenus du dossier du mois