Return to my selection
11 octobre 2017

L’intelligence artificielle au service des enjeux environnementaux

Alors que beaucoup s’inquiètent des conséquences de l’intelligence artificielle sur les activités humaines, Microsoft entend apparaître comme un acteur responsable dans ce domaine.

Le 12 juillet à Londres, Brad Smith, président et chief legal officer de Microsoft a annoncé le lancement d’AI for earth, fonds d'investissement pour encourager les projets d'intelligence artificielle autour de problématiques environnementales, notamment celles qui sont  liées à l’agriculture, à l’eau, à la biodiversité et au changement climatique.
Dirigé par Lucas Joppa, chef du département scientifique, le programme, doté de 2 millions de dollars,  repose sur trois piliers :
- améliorer l’accès aux ressources  numériques de cloud computing ;
- fournir de nouvelles possibilités de formation et d’éducation afin de faire connaître les outils disponibles ;
- encourager l’innovation.
 
Trois projets sont d’ores et déjà en cours :
 
- une collaboration avec Esri pour travailler sur la cartographie haute résolution de la couverture terrestre en ressources naturelles et mettre en place un outil pour les analyser, les surveiller et les gérer ;
 
- une étude menée conjointement avec les universités de Pittsburgh et de Californie Riverside, l’université Johns Hopkins et l’université Vanderbilt pour transformer les moustiques en détecteurs d’agents pathogènes avant qu’ils ne provoquent des épidémies, type Chikungunya, Ebola ou Zika ;
 
- en Inde, un partenariat avec l’Institut international de recherche sur les cultures pour les zones tropicales semi-arides (ICRISAT, agence des Nations unies) et le gouvernement local d’Andhra Pradesh pour créer des systèmes qui collectent et gèrent des informations (drones, algorithmes), les stockent (cloud) afin de maximiser les rendements et minimiser les déchets agricoles.

© Ben Gurr-The Times-SIPA