Equateur : témoignage de Luis Tavara

Directeur des programmes sociaux de l’ONG « Hogar de Cristo<sup>1</sup> » implantée au cœur de Monte Sinaí au moment de la création du projet « Agua del Sinaí », il est aujourd’hui toujours en contact avec la population du quartier, où il vit.

« Le succès de “Agua del Sinaí” repose sur l’implication de la population grâce à une relation de confiance. Après avoir posé les premières lignes du projet, Frédéric Certain s’est rapproché de “Hogar de Cristo” afin de rencontrer les habitants. Des réunions participatives ont été organisées dans leurs maisons afin de concevoir le programme ensemble. Cette manière d’approcher la population d’un quartier réputé dangereux, avec humilité et sans artifice, a permis d’établir un climat de confiance. Il est important de préciser que pour la population très religieuse (majoritairement chrétienne), cette approche a aussi revêtu une dimension spirituelle.

En comprenant qu’un raccordement au réseau municipal n’était pas réalisable avant 2025, la majorité de la population s’est ralliée à l’alternative de distribution par camions. Un hectare du terrain acquis pour la station d’approvisionnement a été dédié au développement communautaire. S’y déroulent toujours des formations organisées par les collaborateurs de Veolia à destination des habitants, notamment de plomberie, d’agriculture urbaine, de microcrédits, etc. À l’heure actuelle, chaque habitant veille au bon déroulement du service de distribution de l’eau. Au-delà de l’amélioration de l’accès à l’eau, la mise en place de “Agua del Sinaí”, par son mode opératoire participatif, a généré un phénomène “d’empowerment2” et de cohésion sociale. Cet intérêt porté par Veolia aux habitants longtemps ignorés de tous vient briser l’image convenue d’une multinationale. »

1. Intervient au sein du quartier dans les domaines suivants : habitat social (pionniers en construction), économie solidaire, protection des femmes, développement communautaire, éducation, santé et sécurité alimentaire.
2. Terme apparu dans le cadre de mouvements sociaux (comme la défense des droits des femmes) pour caractériser l’opposition à une forme d’autorité hiérarchique imposée, et inciter à l’émancipation sociale, économique, et politique d’une communauté afin que celle-ci puisse agir par elle-même en toute autonomie.