Return to my selection
27 juin 2019

Gérer durablement la ressource en eau du delta du Mékong, au Vietnam

Sécheresses, tempêtes et inondations de plus en plus extrêmes mais aussi altérations plus progressives (augmentation de la salinité dans le sol…) : l’écosystème du delta du Mékong se fragilise petit à petit. Pour répondre à cette priorité, le projet « Mekong Delta Water Management for Rural Development » a été déployé dans la région, de 2011 à 2017. Il a été financé en partie par la Banque mondiale, pour un coût total de plus de 206 millions de dollars.

En raison de sa faible altitude, de l'élévation du niveau de la mer ou des variations du volume des précipitations, la région du Mékong est particulièrement vulnérable face aux aléas du climat. La ressource en eau y est de plus en plus dégradée, conduisant à des conséquences néfastes pour l’environnement, les populations et l’économie.
 
Autant de défis relevés par 37 partenaires locaux et leurs équipes dédiées, associés autour d’une initiative commune : « Mekong Delta Water Management for Rural Development », mise en œuvre dans sept provinces de la région — Can Tho, Soc Trang, Hau Giang, An Giang, Kien Giang, Ca Mau, et Bac Lieu. Avec pour cible spécifique les communautés pauvres n’ayant aucun accès à l'eau potable et à l'assainissement.
 
Des investissements importants, notamment dans des infrastructures de gestion de l’eau — digues fluviales et maritimes ou écluses —, ont déjà porté leurs fruits et affichent des résultats concrets et encourageants pour les agriculteurs et les populations :
- près de 215 000 ménages ruraux profitent de 134 162 hectares (ha) de terres agricoles supplémentaires grâce à une irrigation plus efficace ;
- en moyenne, les rendements agricoles croissent de 10 à 15 % et laissent entrevoir une augmentation du revenu des agriculteurs ;
- la productivité de l'eau* a grimpé de 35 % avec l'adoption de nouvelles technologies ;
- l’approvisionnement en eau potable a été apporté à 66 165 ménages ruraux.
 
Au final, le projet propose une réponse au problème de gouvernance de l’eau en donnant des clés d’élaboration de stratégies ad hoc, en proposant une vision intégrée des défis et en identifiant les activités prioritaires capables d’assurer la sécurité nationale de l’eau. Inspirés de ces enseignements, les projets futurs devront notamment tenir compte de la nécessaire décentralisation des décisions, accompagnée d’une allocation de ressources suffisante. Et devront adopter une vision en deux temps — « l’eau pour l’agriculture » et « l’eau pour les humains » — portée par un enjeu transversal : l’adaptation au changement climatique.

* Le concept de productivité de l'eau vise à mesurer comment un système convertit l'eau (associée à d'autres ressources) en produits et services. Il se définit comme le rapport entre la production ou la valeur des services tirés des cultures, des forêts, des pêcheries continentales, de l'élevage, et la quantité d'eau utilisée dans le processus de production 
 
Source : http://www.worldbank.org/en/results/2019/05/03/vietnam-sustaining-water-resources-and-building-climate-resilience?CID=WAT_TT_Water_EN_EXT