Return to my selection
28 novembre 2017

Gestion et traitement des déchets alimentaires, un secteur en plein essor

Le cabinet d’analyse indien Market Research Future annonce, dans son dernier rapport, une croissance estimée de 6,1 %* de ce secteur dans les 6 prochaines années.

L’étude prend en compte l’ensemble des activités liées à la gestion (collecte et transport), au traitement et à l’élimination des déchets alimentaires.
 
Les dispositions réglementaires prises ces dernières années par de nombreux pays développés et émergents afin de réduire le gaspillage alimentaire**, expliquent le dynamisme du secteur et lui garantissent de fortes perspectives de croissance pour les prochaines années.
 
D’ores et déjà, en 2017, le traitement des déchets alimentaires représente 40 % du marché global de la gestion des déchets organiques*** et il conservera cette position dominante au moins jusqu’en 2023. La croissance du marché sera majoritairement assurée par l’activité de digestion anaérobie****, pour deux raisons  principales, avance Market Reseach India : « cette technique n’est pas affectée par les caprices du climat et produit une source énergétique renouvelable lucrative.» 
 
Le rapport nomme les 7 grands industriels mondiaux concernés par ce marché en pleine évolution. Quatre américains : Republic Services Inc, Stericycle Inc, Covanta Holding Corporation, Waste Management Inc. Un canadien : Waste Management Inc. n autrichien : Andritz AG. Et le français Veolia.
 
Le marché mondial du traitement des déchets alimentaires devrait peser plus de 35 milliards de dollars pour un volume à traiter de quelque 182 milliards de tonnes en 2027.
 
 
 
* La croissance des marchés est définie par le taux actuariel, ou CAGR (Compound Annual Growth Rate) qui désigne le taux de rendement annuel d’un placement ou d’un taux d’intérêt perçu par un investisseur.
** 1,3 milliard de tonnes de nourriture sont gaspillées chaque année dans le monde. Source B2020 Generation.
*** Tous résidus entièrement biodégradables

**** La digestion anaérobie ou méthanisation transforme la matière organique en compost, méthane ou gaz carbonique grâce aux micro-organismes qui la décomposent en l’absence d’oxygène.

 

© Jean-Marie Ramès - Photothèque Veolia