Return to my selection
3 janvier 2019

Le paradoxe des retenues d’eau

Les retenues d'eau, qui permettent de collecter et stocker la ressource, peuvent avoir des usages divers, d'agrément ou utilitaires. Longtemps plébiscités, ces réservoirs créés artificiellement (lac de barrage, étang…) font aujourd’hui l’objet de vifs débats quant à leurs impacts sur la préservation de l’eau.

C’est la démonstration que fait une équipe de scientifiques spécialistes du climat de l’université d’Uppsala (Suède), dans une étude parue en novembre*: l’augmentation de la capacité de stockage des réservoirs pourrait aggraver les pénuries d’eau au lieu de les éviter.
 
La construction de barrages et de réservoirs est l’une des méthodes les plus courantes pour faire face à la sécheresse et au manque d’eau. L'objectif : stabiliser la disponibilité de la ressource en stockant l’eau pendant les périodes humides puis en la libérant lors des périodes sèches.
 
Or, l’étude pointe que l’augmentation de l’approvisionnement en eau entraîne souvent une hausse de la demande, ce qui peut engendrer un cercle vicieux : remédier à une pénurie en repoussant les limites des capacités de stockage revient à encourager une consommation accrue d’eau jusqu’à la prochaine pénurie.
 
Pour faire face à la demande croissante en eau, les auteurs de l'étude suggèrent de consacrer davantage d'efforts dans les mesures de conservation de l'eau plutôt que de compter sur de grandes infrastructures hydrauliques, type barrages ou réservoirs. En d’autres termes, les sécheresses et pénuries d’eau devraient être traitées en réduisant la consommation plutôt qu’en augmentant l’approvisionnement.

© Rich Pedroncelli AP - SIPA
 
 
* Di Baldassarre, G., Wanders, N., AghaKouchak, A., Kuil, L., Rangecroft, S., Veldkamp, T.I.E., Garcia, M., van Oel, P.R., Breinl, K., and Van Loon A.F. (2018). Water shortages worsened by reservoir effects, Nature Sustainability in press.