Le Japon et la Corée du Sud s’engagent à être neutres en carbone en 2050

Crédit photo : Panneaux solaires du centre de recherche sur l’hydrogène près de Fukushima (Japon). Yasushi Kanno/AP/SIPA

 

À deux jours d’intervalle, le Japon et la Corée du Sud ont annoncé leur volonté d’être « neutres en carbone » en 2050. Un signal fort de la part des 2e et 4e économies d’Asie. La Chine avait ouvert la voie fin septembre en s’engageant à atteindre la neutralité carbone en 2060.

Dans son premier discours au Parlement, lundi 26 octobre, le Premier ministre japonais a affiché son volontarisme à lutter contre le changement climatique. Mais cet objectif ne saurait entrer en contradiction avec la croissance économique, selon lui : « Prendre des mesures énergiques contre le changement climatique provoquera des changements structurels dans l’économie du pays qui seront générateurs de croissance. » 

Le Japon tiendra-t-il sa promesse ? La question reste posée. Le Premier ministre est resté vague sur les moyens pour réduire à zéro les émissions de CO2 du pays. Il a juste indiqué qu’il encouragerait les énergies renouvelables et accélérerait la recherche et le développement sur des technologies clés comme les batteries solaires et le recyclage du carbone.

Or, le chemin vers la neutralité carbone risque d’être semé d’embûches. L’économie japonaise, 5e mondiale pour ses émissions de CO2, dépend encore fortement des combustibles fossiles, dont le charbon, et son opinion publique est très réticente à relancer l’énergie nucléaire, neuf ans après la fusion des cœurs des réacteurs 1, 2 et 3 de la centrale de Fukushima Daiichi. D’après le schéma énergétique actuel du Japon, qui date de 2018, 22 à 24 % de son énergie provient des énergies renouvelables, 20 à 22 % du nucléaire et 56 % des combustibles fossiles.

De nouvelles industries et de nouveaux emplois

L’objectif sera-t-il plus facile à atteindre pour la Corée du Sud ? Mercredi 28 octobre, Moon Jae-in, son président, s’est engagé devant le Parlement sud-coréen à remplacer le charbon par des énergies renouvelables, « en créant de nouveaux marchés, de nouvelles industries et de nouveaux emplois ». 

Il a annoncé son intention d’investir 8 000 milliards de wons (6 milliards d’euros) dans des projets de « Green new deal », tels que des bornes de recharge supplémentaires pour alimenter les 116 000 véhicules électriques et à hydrogène prévus par le gouvernement l’année prochaine. 

En attendant, plusieurs grands groupes sud-coréens, KB Financial Group, Samsung C&T, Kepco, ont déjà retiré leur soutien à des projets de centrales thermiques au charbon, sous la pression d’investisseurs internationaux. 

SOURCES :

« Japan Pledges to Become Carbon Neutral by 2050 », Earth.org, 27 octobre 2020 earth.org/japan-carbon-neutral-2050/

« Japan to be carbon neutral by 2050, insists prime minister », Financial Times, 26 octobre 2020 www.ft.com/content/6335043f-c4d9-4624-9a69-2df517265c01

« South Korea joins Japan in making 2050 carbon-neutral pledge », Nikkei Asia, 28 octobre 2020 asia.nikkei.com/Spotlight/Environment/South-Korea-joins-Japan-in-making-2050-carbon-neutral-pledge