Return to my selection
1 août 2017

L’efficacité énergétique, au cœur de la transition énergétique

Afin de décarboner rapidement le secteur de l’électricité, les investissements se concentrent aujourd’hui sur les technologies liées à la réduction de la consommation finale et aux systèmes de contrôle. Une nouvelle vague d’innovations est lancée.

Dans un article paru dans la revue Nature Climate Change, deux universitaires – l’un australien et l’autre américain - affirment que la majorité des investissements qui seront réalisés dans le secteur de l’énergie s’orientera progressivement vers les nouvelles technologies liées à l’efficacité énergétique.

 
Pour ces deux auteurs, Adam Bumpus* et Stephen Comello**, cette nouvelle orientation des capitaux ouvre une nouvelle ère d’innovations technologiques***, faisant suite à celle initiée en 2003 avec l’apparition des « Cleantech »****. Celles-ci étaient alors focalisées essentiellement sur la production des sources d’énergies renouvelables et les réseaux de distribution électrique.
 
Rappelant que le secteur électrique représente 25% des émissions mondiales de C02, les auteurs soulignent que les investissements dans le domaine des énergies vertes nécessiteront quelque 895 milliards d’euros par an jusqu’en 2050, si l’on veut atteindre l’objectif ambitieux de l’accord de Paris*****. Selon les auteurs, un tiers seulement de cette somme serait effectivement engagé d’ici à 2050.
 
« Un pari donc impossible à tenir », sauf si les solutions d’efficacité énergétique sont mises à contribution. Elles seraient capables d’assurer à elles seules la moitié de l’effort pour parvenir à la décarbonisation du secteur électrique ces prochaines années.
 
Les auteurs remarquent que cette deuxième vague d’innovations nécessitera 54% de moins d’intensité capitalistique que les « Cleantech » :  6,4 millions d’euros en moyenne par projet, contre 13,7 millions d’euros.

--
 
*School of Geography, Faculty of Science, University of Melbourne, Australia
**Stanford Graduate School of Business, USA
*** La deuxième vague d’innovations concerne l’ensemble des technologies liées aux systèmes de contrôle, aux solutions intelligentes liées à la consommation des énergies par les clients et les consommateurs (gestion des besoins, des consommations, etc.)
****La première vague d’innovations concerne l’ensemble des technologies liées à la production d’électricité « verte » (éolien, panneaux solaires, digesteurs biogaz, batteries, unités de production, gestion de réseaux de distribution électriques centralisés, etc.)
***** Limiter l’augmentation des températures terrestres à 1,5° C d’ici à la fin de ce siècle.

© Photothèque Veolia / Christophe Majani d'Inguimbert