Return to my selection
25 octobre 2017

L’Inde va construire 100 usines de valorisation énergétique des déchets municipaux

​L’État indien veut valoriser à grande échelle ses déchets et répondre ainsi aux enjeux de santé publique et climatiques tout en disposant d’une source d’énergie renouvelable.








En septembre dernier, l’entreprise nationale indienne d’électricité NTPC* a lancé un appel d’offres international afin de souscrire aux engagements pris par l’État d’assurer une meilleure hygiène aux populations urbaines du pays**.  
 
À titre d’exemple, la compagnie nationale lance un projet pour la construction d’une usine de valorisation énergétique à Barapur. Celle-ci devra pouvoir traiter  les 400 tonnes de déchets municipaux livrés quotidiennement par la South Delhi Municipal Corporation.
 
L’une des conditions requises pour participer à cet appel d’offres, dont l’objet est la livraison clé en main des installations, est d’être en capacité de traiter au moins 300 tonnes de déchets par jour.
 
En contrepartie le maître d’ouvrage s’engage à fournir l’emplacement et le combustible.
 
À l’heure actuelle, l’Inde ne produit que 114,08 MW provenant de ces déchets. Selon les estimations du Ministère aux énergies renouvelables, les déchets solides domestiques des villes indiennes représentent un potentiel de puissance électrique de 500 MW. À l’horizon 2031, il devrait être de 1 075 MW et de 2 780 MW dès 2050.
 
*National Thermal Power Corporation Ltd est le premier producteur et distributeur d’électricité en Inde, d’une capacité de 51 698 MW, et dans le Top 10 dans le monde. Son siège social est basé à New Delhi.
 
**La mission  Swachh Bharat.

© Altaf Qadri / AP / SIPA