Return to my selection
3 janvier 2017

La planète s’est alourdie de 30 000 milliards de tonnes

Après la biosphère, voici la « technosphère », un terme récemment utilisé par un groupe de géologues pour caractériser la masse des activités humaines contemporaines. Le volume des produits non dégradables est aujourd’hui 5 fois supérieur à celui de la biomasse terrestre*.

Jan Zalasiewicz et Mark Williams, du Département de géologie de l’Université de Leicester, Colin Waters du British Geological Survey, et 23 de leurs pairs ont publié fin novembre** , dans la revue californienne en ligne The Anthropocene Review, un article décrivant un nouveau phénomène planétaire : « la technosphère ».
 

Technosphère

© Science Photo Library 

Cette dernière se caractérise tout d’abord par sa taille : elle englobe la totalité de la production manufacturière de l’homme, les constructions et produits les plus divers ainsi que les déchets qu’ils engendrent. Autant de couches géologiques que les générations futures découvriront un jour. Autre caractéristique, l’ampleur de la masse produite : 30 000 milliards de tonnes, ce qui équivaut à 50 kg d’objets par mètre carré terrestre. Enfin, un constat historique : les « espèces technofossiles » élaborées par les humains dépassent désormais en masse les « biotiques », autrement dit ces produits biodégradables, qui, par nature, contribuent  depuis toujours à la stabilité du bilan biomasse de la Terre.
 
Selon le Pr. Mark Williams, « nous pouvons dire que la technosphère a chassé la biosphère, ou du moins qu'aujourd’hui elle la parasite, sans aucun doute. L’ampleur prise par la technosphère en fait un phénomène planétaire majeur et qui évolue très vite. En la comparant au règne précédent de la biosphère, on remarque son faible potentiel à élaborer des produits recyclables, ce que montre actuellement la prolifération des décharges. Cela peut être la limite de son propre succès. On peut aussi y mettre un terme, tous ensemble. »
 
--

* La biomasse terrestre désigne la masse totale des organismes vivants sur la planète.

** Anthropocene Review, Novembre 28, 2016 « Scale and Diversity of the Physical Technosphere : a geological perspective ». L’article est téléchargeable gratuitement à partir du site de la revue.