Rookery

(Royaume-Uni)

La production d’énergie en modèle économique alternatif

L’ancienne carrière d’argile de Rookery South (comté du Bedfordshire), nichée à mi-distance de Londres et du bassin industriel des Midlands, pourrait bien devenir un haut lieu d’innovation pour Veolia. Non pas pour l’activité classique exercée sur cette argilière désaffectée de 90 hectares* – la valorisation énergétique des déchets – mais pour la manière de repenser totalement l’exploitation du site.

Enjeu

Limiter les sites d’enfouissement de déchets au Royaume-Uni.

Objectif

Trouver un nouveau moyen de traiter les déchets non recyclables.

La réponse Veolia

Construire une centrale électrique dans le cadre d’un partenariat commercial.

La particularité de Rookery South tient au fait que Veolia dispose dans ce projet d’un statut de partenaire commercial, aux côtés de Covanta, spécialiste américain de la transformation de déchets en énergie, et du Green Investment Group (GIG), expert en investissements dans les infrastructures vertes.

Rookery

Nouveaux partenaires

« Covanta connaît Veolia de réputation pour ses compétences en matière de recyclage de cendres d’incinération et de vente d’électricité au réseau britannique, indique Christophe Bellynck, directeur du développement commercial de Veolia au Royaume-Uni et en Irlande. Ses intérêts commerciaux sont parfaitement compatibles avec les nôtres. »

« Jusqu’ici, la plupart de nos usines étaient construites suite à l’octroi d’un contrat par une autorité locale », poursuit Christophe Bellynck.

Sur les dix unités de valorisation énergétique (UVE) de Veolia, neuf ont en effet été réalisées à l’issue de la passation de marché avec les autorités locales. En général, ces installations traitent les déchets ménagers collectés par les services municipaux. Autrement dit, Veolia est également responsable d’activités telles que la collecte des matériaux, leur recyclage et la réduction des déchets. Quant à la dixième unité, l’usine SELCHP située au sud de Londres, si elle traite aussi les déchets des collectivités locales, c’est dans le cadre de partenariats commerciaux privé.

Changement de modèle

« Dans le cadre de ces contrats, explique Christophe Bellynck, les usines sont financées et exploitées par Veolia puis, “restituées” à l’autorité locale en fin de contrat. Le cas de Rookery South est différent. »

Contrairement aux contrats antérieurs, Veolia, Covanta et GIG seront copropriétaires de l’usine de valorisation énergétique (UVE) de Rookery South, financée à 30 % en fonds propres et à 70 % par des financements bancaires.

« Veolia fournira la plus grande partie des déchets, souligne Christophe Bellynck. Covanta exploitera l’usine et GIG sera l’investisseur. »

L’UVE sera constituée d’une centrale électrique (Merchant plant) qui traitera majoritairement des déchets issus des secteurs municipaux et industriels, mais pourra également prendre en charge les déchets ménagers.

Comme le précise Christophe Bellynck, « l’usine sera alimentée par des déchets industriels et commerciaux collectés par Veolia et, à l’occasion, par ceux d’autres collectivités qui retiendraient notre candidature dans le cadre d’un appel d’offres ».

Merchant plant

Travail d’équipe

Même si l’entreprise posséde déjà une solide expérience en matière de production d’énergie issue des déchets, les équipes de Veolia au Royaume-Uni ont dû totalement revoir leurs méthodes de travail. Confrontées à un nouveau modèle économique de centrale cogérée avec des partenaires externes, il leur a fallu organiser un travail d’équipe hors norme pour conquérir un marché auquel l’entreprise ne s’était encore jamais attaquée.

« Ce type de montage commercial était jusqu’alors totalement inédit. Même au niveau du marché au sens large, la plupart des tentatives de ce genre n’ont pas été concluantes, résume Richard Kirkman, directeur de la technologie et de l’innovation de Veolia au Royaume-Uni et en Irlande.

Rookery South est un projet d’envergure d’une grande complexité. Pour le mener à bien, nous avons dû réorienter la “machinerie humaine” interne de l’entreprise et repenser la relation avec nos collaborateurs externes pour proposer quelque chose de foncièrement différent. C’était essentiel pour Veolia car cette forme d’innovation génère une croissance d’une ampleur insoupçonnée. »

« Ce projet a mobilisé une cinquantaine de personnes, poursuit Richard Kirkman. Chacune d’elles devra exécuter des tâches inhabituelles. L’équipe commerciale, par exemple, a dû prospecter de nombreux contrats privés ou publics alors qu’elle est habituée à travailler en lien avec un référent local. Il nous a fallu aussi transmettre aux banques des informations financières que nous n’avions pas l’habitude de communiquer. C’est un bel exemple de travail d’équipe, mené par des personnes impliquées qui ont toutes contribué à la réussite du projet. »

Programme global

La mission de Veolia ne s’arrêtera pas à l’approvisionnement en déchets résiduels obtenus grâce à ses contrats. L’entreprise sera aussi pilote du dispositif de contrôle des polluants atmosphériques. Enfin, une fois l’UVE de Rookery South terminée et opérationnelle (fin 2021, début 2022), Veolia gérera la convention de vente d’électricité au réseau public.

La cohérence finale du projet sera assurée par la mise en place de différents programmes : par exemple, la construction sur les terrains entourant le site de data centers alimentés directement par la centrale. Ou bien, la fourniture de chaleur et d’électricité à des usines s’installerant dans la région.

Jouissant d’une position centrale au carrefour de plusieurs grandes villes – Luton, Northampton, Milton Keynes… –, Rookery South traitera chaque année plus de 545 000 tonnes de déchets et génèrera 60 MW, de quoi couvrir les besoins de 112 500 foyers.

Projets à long terme

Pour Veolia, cette première a pour vocation de servir de modèle à d’autres UVE du Royaume-Uni. « De nombreuses opérations sont en cours de développement, confirme Christophe Bellynck. Ce modèle, dans lequel Veolia est copropriétaire du site, fournisseur de déchets et gestionnaire de l’usine grâce à un financement par des tiers, est à la fois innovant et très efficace. À plus long terme, nous prévoyons de construire trois autres unités. L’une d’entre elles a déjà fait l’objet d’une demande de permis de construire. Nous sommes convaincus que ce modèle a de beaux jours devant lui. » * http://www.centralbedfordshire.gov.uk/planning/minerals-waste/rookery/ov...

 

Rookery South en chiffres

545 000 tonnes de déchets traitées chaque année
60 MW d’électricité produite
112 500 foyers alimentés à terme par le site
24 h/24 et 7J/7, un fonctionnement en continu à partir de 2022
50 nouveaux postes d’exploitation permanents prévus dès 2022
300 postes créés pour la construction de l’UVE

Pour en savoir :

Produire de l’énergie verte à partir de l’incinération des ordures ménagères

Retrouvez l'intégralité des contenus du dossier du mois