Return to my selection
9 janvier 2020

Les feux de forêts en Amazonie, vecteurs de CO2 dans l’océan

Après chaque incendie dans la forêt amazonienne, les feux laissent derrière eux de multiples débris au sol qui résultent d’une combustion incomplète de la matière végétale : charbon de bois, suies et autres morceaux de végétaux. Autant de flux de carbone organique qui convergent vers l’océan atlantique…

Pour la première fois, une équipe internationale de chercheurs* a réussi à quantifier et caractériser la matière carbonée que transporte le fleuve Amazone jusqu’à la mer. Et révèle qu’il est le plus gros importateur de Carbone Organique Dissous au monde (COD). Chaque année en moyenne, chiffrent-ils, l’Amazone en charrie de 22 à 27 millions de tonnes dans l’océan Atlantique.

 

Ils démontrent que le COD provient du charbon de bois des feux de forêt et précisent, grâce à cette étude, qu’il ne s’est formé, pour une large part, que très récemment : en cause, la multiplication des feux qui ravagent la forêt amazonienne ces dernières années. 

 

« C’est grâce à la méthode de datation Carbone 14 que nous avons pu suivre l’âge de ce charbon de bois dans les eaux de l’Amazone à partir des échantillons les plus récents trouvés en amont du fleuve, comme de ceux les plus anciens collectés à son embouchure », précise l’un des auteurs de l’étude, Jeffrey E. Richey, professeur à l’Université de Washington aux États-Unis.

 

 Le COD, rappellent les chercheurs, libère du dioxyde de carbone (CO2) qui se retrouve alors dans le réseau hydrographique du bassin amazonien**. « Cela nous inquiète au plus haut point, souligne Jeffrey E. Richey, car le charbon de bois, lorsqu’il est piégé dans le sol, stocke le CO2pour de longues années, ce qui n’est pas le cas lorsqu’il est transporté en excès par les courants. »  L’étude pointe alors la nécessité de poursuivre les recherches afin de mieux comprendre l’impact de cet apport récent de CO2dissous dans les océans, notamment sur leur acidification progressive***.

 

 

Marked isotopic variability within and between the Amazon River and marine dissolved black carbon pools.© Auteurs:Alysha I. Coppola, Michael Seidel, Nicholas D. Ward, Daniel Viviroli, Gabriela S. Nascimento, Negar Haghipour, Brandi N. Revels, Samuel Abiven, Matthew W. Jones, Jeffrey E. Richey, Timothy I. Eglinton, Thorsten Dittmar & Michael W.I. Schmidt, Nature Communication, 2019
** Les chercheurs ont collecté des échantillons dissous de charbon de bois dans le chenal principal de l’Amazone ainsi que dans quatre de ces affluent s : le Negro, Madeira, Trombetas and Tapajós.
***L’acidification est la modification chimique de l’océan résultant de la dissolution du COdans l’eau de mer. Elle entraîne une augmentation de l’acidité, qui déstabilise les écosystèmes marins. Notamment en perturbant gravement la fabrication des coquilles calcaires de certains organismes, souvent à la base de la chaîne alimentaire.

 

 

© Leo Correa/AP/SIPA