Return to my selection
23 novembre 2017

Les huîtres sensibles à la pollution sonore sous-marine

L’huître se ferme afin de se protéger de ses prédateurs, c’est connu. Mais, selon une étude scientifique française, elle se ferme également lorsqu’elle perçoit des bruits. L’environnement marin devenant de plus en plus bruyant du fait des activités humaines, leur comportement s’en trouverait affecté.

Les travaux menés en laboratoire par le scientifique Jean-Charles Massabuau* de l’Université de Bordeaux démontrent que les huîtres sont particulièrement sensibles aux basses fréquences (entre 10 et 1 000 hertz) émises par des haut-parleurs placés sous l’eau.  Les chercheurs ont analysé leur comportement et constaté qu’elles fermaient leur coquille à des rythmes et des vitesses différentes selon les fréquences émises.
 
L’étude pointe un danger : battage de pieux, recherche sismique, explosions, éoliennes en action… toutes ces activités humaines altèrent le comportement de ces invertébrés.
 
Jean-Charles Massabuau souligne « La pollution sonore sous-marine est un problème grandissant . Nous connaissons bien maintenant son impact sur les cétacés. Mais les océans sont peuplés d’animaux très divers, et nous savons peu de choses sur la façon dont ils perçoivent les nuisances sonores. »  
 

* Charifi M, Sow M, Ciret P, Benomar S, Massabuau J-C (2017) The sense of hearing in the Pacific oyster, Magallana gigas. PLoS ONE12(10): e0185353. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0185353

© William Abenhaim - SIPA