Return to my selection
12 décembre 2016

Á Mexico, les maires s’engagent contre le dérèglement climatique

Du 30 novembre au 2 décembre, les maires du réseau « C40 Cities » se retrouvaient pour harmoniser leur politique urbaine. Au programme  cette année : des mesures radicales pour réduire les émissions de dioxyde de carbone.

Il y a 10 ans, 40 métropoles se fédéraient afin de mieux protéger leur espace urbain et leurs habitants des effets du dérèglement climatique. Cette organisation, qui compte aujourd’hui 85 grandes villes, est le réseau de maires le plus influent à l’échelle de la planète. Le «  C40  Cities Climate Leadership Group », représente en effet 600 millions d’habitants et un quart de la richesse mondiale. Son objectif: développer des politiques communes en matière d’efficacité énergétique, de trafic automobile urbain, de gestion des déchets et de l’eau, afin de réduire les émissions de dioxyde de carbone des villes.
 

Mexico
© DR

 
À l’issue du Sommet de Mexico, le « C40 Cities » s’est fixé un objectif plus ambitieux que celui de l’accord de Paris : limiter la hausse des températures moyennes au cœur des agglomérations à seulement + 1,5°C d’ici à 2020. Pour atteindre cet objectifles maires devront appliquer des mesures fortes et radicales. Ainsi, quatre grandes villes ont décidé d’interdire « tous les moteurs à explosion et au diesel » dans le cœur de leur agglomération à partir de 2025 : Mexico, Paris, Athènes et Madrid.
 
Pour financer cette politique climatique très volontariste, les grandes villes vont investir 375 milliards de dollars ces quatre prochaines années. Charge aux États de s’associer au défi posé par les élus des principales métropoles de la planète.