Return to my selection
17 septembre 2019

Une norme de rapport d’activité (reporting) pour répondre à la crise mondiale des déchets

Le 15 juillet 2019, la Global Reporting Initiative (GRI)*, principal organisme international de normalisation appliquée au développement durable, soumet à consultation publique ses nouvelles lignes directrices en matière de reporting de déchets. L’objectif : aider les entreprises à mieux comprendre et mesurer l'impact de leurs déchets par la diffusion de données fiables et comparables qui, au final, leur permettront de prendre de meilleures décisions.

Alors que le monde évolue vers une économie circulaire, dans laquelle les déchets sont traités comme un intrant**, une nouvelle approche en matière de reporting s’impose. C'est pourquoi la GRI a entamé en 2018 la révision de sa norme sur les déchets, utilisée chaque année par près de 4 000 organisations, privées et publiques.

 

Mise à jour par un groupe d'experts, la norme fait à présent l’objet d’une consultation publique ouverte aux contributeurs de tous secteur, type d'entreprise et zone géographique, afin de guider son élaboration et de s’assurer qu'elle est aussi pertinente que possible. 

 

Grâce à la norme, les entreprises peuvent orienter leurs efforts vers la mesure et la gestion de leurs impacts, introduire des améliorations significatives (plutôt que des correctifs incrémentiels) et ainsi identifier les leviers pour mieux les gérer.

 

« Face à la complexité du problème, souligne Anna Krotova, responsable des normes de reporting développement durable chez GRI, il s’agit d’opérer un changement dans la manière dont les entreprises perçoivent les déchets : non plus comme le résultat inévitable d’un processus ou de la fin de vie d’un produit, mais comme une conséquence des décisions et pratiques prises bien avant qu’il ne soit généré. Comprendre ce lien peut entraîner des changements fondamentaux dans le fonctionnement des entreprises. »

 

Celles-ci doivent également commencer à assumer la responsabilité des « déchets indirects » générés par les consommateurs de leurs produits et par leurs fournisseurs de matériaux. Dès lors qu’elles font le choix d’une mise sur le marché, à elles d’en gérer les conséquences « en amont » et « en aval ».

 

« En fin de compte, nous espérons que la norme conduira les organisations à réévaluer de manière critique la conception de leurs produits, précise encore Anna Krotova. En encourageant les pratiques de circularité, il s’agit d’abord de générer moins de déchets puis, que les déchets produits soient mieux gérés. »

 

 

La GRI est une initiative internationale à laquelle participent des entreprises, des ONG, des cabinets de consultants, des universités pour élaborer un cadre et des règles destinées aux entreprises soucieuses de développement durable. Lancée par une ONG américaine en 1997, son objectif est d'élaborer et de diffuser des lignes directrices pour aider les entreprises à produire leurs rapports RSE.

 

** Un intrant est un élément entrant dans la production d’un bien.

 

Source : https://waste-management-world.com/a/a-reporting-standard-that-responds-to-the-global-waste-crisis

 

© Médiathèque Veolia-Alexis Duclos.