Return to my selection
19 juin 2019

L’ONU soutient le Climate Resilient Honiara project pour la résilience urbaine aux Îles Salomon

Le Fonds d'adaptation au changement climatique des Nations unies* finance un projet de plus de 4 M$ US** qui sera déployé pendant quatre ans aux Îles Salomon afin de remédier au problème grandissant des bidonvilles.

Plus de 84 000 personnes vivent à Honiara, la capitale des Îles Salomon, dont près de la moitié dans des habitations informelles et insalubres. Une situation préoccupante qui implique des défis à relever d’une ampleur inédite en termes de salubrité de l’eau, d’assainissement et de gestion des déchets. Les risques sanitaires qui accompagnent cette situation sont par ailleurs aggravés par les aléas du climat (cyclones, inondations fréquentes…). À mesure que les habitants des Îles Salomon affluent toujours en plus grand nombre vers la capitale, la capacité d’action du gouvernement pour affronter ce problème s’amenuise. 

 

Pour tenter d’endiguer cette tendance inquiétante, l’université technologique RMIT, basée à Melbourne, s’implique dans un projet à grande échelle financé par l’ONU et qui vise à fédérer des experts dans les domaines de l’ingénierie, l’architecture, la gestion des sols, ou encore les sciences géographiques. 

 

« Pendant la première année, nous concevons et animons des actions de résilience face au changement climatique à l’échelle des communautés, des quartiers, selon les besoins des populations locales. Nous travaillons avec ces communautés dans cinq lotissements informels afin d’identifier les profils des communautés et de déterminer des priorités spécifiquement adaptées à leurs besoins », explique le Professeur Darryn McEvoy, pilote du projet. 

 

En plus des ingénieurs en génie chimique, environnemental, civil et humanitaire, l’équipe mobilisée réunit des experts en systèmes d’information géographique pour mener des enquêtes de terrain et réaliser des cartographies aériennes afin de mieux apprécier l’étendue des mouvements de populations dans les zones concernées.  

 

À l’échelle des quartiers, ces actions de résilience comprendront notamment la conception de dispositifs de protection contre les inondations, ainsi que l’édification de bâtiments communautaires multifonctionnels pouvant être utilisés comme centres d’accueil en cas de catastrophe naturelle. 

 

Le programme prévoit les années suivantes le déploiement d’autres actions : la promotion de l’agriculture urbaine ; la création de zones vertes fondées sur les services écosystémiques ;  la sensibilisation de la population (femmes et jeunes en priorité) aux risques climatiques et à la bonne gestion des terres en contexte périurbain.

*https://unfccc.int/climatefinance?af_home

** https://www.adaptation-fund.org/project/enhancing-urban-resilience-clima...

 

 

Source : https://www.rmit.edu.au/news/all-news/2019/may/urban-climate-resilience-solomon-islands

 

 

© CHINE NOUVELLE / SIPA