Return to my selection
22 mai 2018

Pénurie d’eau à Cape Town : le « jour zéro » aura-t-il lieu ?

Grâce aux restrictions d’eau en vigueur depuis le 1er février 2018 à Cape Town, la menace d’une coupure totale d’approvisionnement en eau (le « jour zéro ») semble s’éloigner pour cette année. Des solutions se dessinent pour en repousser encore l’échéance.

Si la ville du Cap en Afrique du Sud n’est pas la première à faire face à la sécheresse, elle pourrait cependant être la première à manquer totalement d’eau. Depuis le 1er février, ses 3,78 millions d’habitants limitent leur consommation à 50 litres par jour soit, à l’échelle de la ville, 450 millions de litres.
 
Kevin Winter, de l’université du Cap, rappelle les 5 leçons qu’ont pu retirer d’une politique de préservation de la ressource en eau d’autres villes du monde, telles que Melbourne et Perth en Australie :
            - s’adapter au dérèglement climatique. Au Cap, 95% de la ressource en eau proviennent des barrages-réservoirs. Après trois années de sécheresse, il devient vital de diversifier la ressource en récupérant les eaux de pluie, en recyclant les eaux usées et en dessalant l’eau de mer, à l’instar de Perth : confrontée il y a six ans au même problème, plus de 50% de son eau potable proviennent aujourd’hui d’usines de dessalement d’eau de mer,
            - privilégier une gouvernance locale et régionale, mieux à même de gérer les situations de crise,
            - mesurer afin de mieux gérer : la mesure et le contrôle en temps réel permettent de gérer efficacement et de manière réactive les situations de crise,
            - communiquer activement  avec les résidents,
            - établir une relation de confiance entre les autorités locales et les habitants, pour faciliter le suivi des consignes, l’évolution des comportements et l’adoption de bonnes pratiques.

© John Snelling - Shutterst