Return to my selection
23 octobre 2018

Des chercheurs espagnols revisitent le calcul de la performance énergétique des bâtiments

En Espagne, des chercheurs de l'Université Polytechnique de Madrid (UPM) et du Conseil supérieur de la recherche scientifique (CSIC) ont mis au point un indicateur d’efficacité énergétique des bâtiments. Originalité de cette méthode de calcul : l'utilisation de données cadastrales doublée de logiciels en open source.

En mettant au point leur méthode de calcul, les chercheurs de l’UPM et du CSIC rendent possible le diagnostic énergétique de quartiers entiers d’une ville ainsi que l’évaluation de l'impact des mesures d'amélioration prises.
 
La base de leur étude ? Des logiciels en open source et surtout les données cadastrales du quartier défavorisé de Canillas, à Madrid, où immeubles et bâtiments souffrent d’un déficit d’efficacité énergétique. La disponibilité de ces informations et leurs multiples possibilités d’exploitation ont considérablement facilité leurs travaux et permis d’atteindre des niveaux de détail inédits.
 
L’outil obtenu est un indicateur d'efficacité énergétique utile pour l'élaboration de stratégies de réhabilitation prioritaire de bâtiments passifs. Il intègre les paramètres urbains, les caractéristiques du bâtiment (taille, orientation, forme et disposition) et les critères de construction tels que la qualité et l'enveloppe du bâti.
 
Selon Fernando Martín-Consuegra*, architecte à la tête de l’étude, l’un des résultats les plus singuliers est qu’au-delà de la qualité de construction, les aspects géométriques du tissu urbain ont une grande influence sur les pertes d’énergie d’un immeuble.
 
 
 
* Fernando Martín-Consuegra et al. Use of cadastral data to assess urban scale building energy loss. Application to a deprived quarter in Madrid, Energy and Buildings (2018). DOI: 10.1016/j.enbuild.2018.04.007 

© Chine Nouvelle - SIPA