Return to my selection
24 juin 2020

Les plus grandes banques renoncent progressivement aux projets d’exploitation pétrolière et gazière en Arctique

Après Goldman Sachs en décembre dernier, JP Morgan Chase en février, c’est au tour de la banque suisse UBS d’annoncer début mars le retrait de ses investissements dans l’exploitation pétrolière et gazière offshore en Alaska.

Il y a peu, UBS investissait quelque 300 millions de dollars pour financer des activités de forage dans la région*.  Aujourd’hui, la banque suisse emboîte le pas à trois grands établissements américains : Goldman Sachs, JP Morgan Chase et Wells & Fargo**.
 
Le vent tourne donc, au grand soulagement des communautés indiennes locales. Après l’annonce de la JP Morgan Chase fin février 2020, Bernadette Demientieff, membre du comité directeur des communautés indiennes Gwich’in, déclarait : « Nous sommes ravis que les plus importantes banques américaines reconnaissent que l’aire protégée de la faune arctique (Arctic National Wildlife Refuge) ne soit plus un lieu propice à de tels investissements. Nous espérons que d’autres banques et les compagnies pétrolières qu’elles financent suivent à leur tour le mouvement. »
 
Larry Persily, ancien coordinateur des projets de pipelines gaziers du temps de la présidence de Barack Obama, précise cependant que les majors pétrolières en Alaska peuvent toujours s’autofinancer pour se développer. Mais si le désinvestissement bancaire se poursuit, nuance-t-il, il est certain que les opérateurs de taille plus modeste auront du mal à suivre, incapables de financer leurs projets. »
 
À ce jour, selon Banktrack, 16 banques ont renoncé à tout investissement dans cette partie du monde. Un mouvement initié dès 2017 à la suite de la désaffection de la Shell en 2015 pour cette région de la planète***.

* Entre 2016 et 2018, selon l’organisation environnementale nord-américaine Rainforest Action Network .
** Respectivement en décembre 2019, en février et en mars 2020.
 *** 3 reasons why Shell halted drilling in the Arctic, septembre 2015, National Geographic

© James Brooks/ AP / SIPA