Large mobilisation pour sauver le lac Victoria au Kenya

Les autorités kenyanes organisent une campagne de dépollution afin de réduire le volume de déchets solides qui jonchent les rives du plus grand lac d’eau douce d’Afrique. Une mobilisation qui vient en appui d’un vaste programme international d’assainissement de la région, lancé en février 2020.

En mars, l’Autorité nationale de l’environnement kenyane (Nema) associée à deux agences privées locales* a organisé une campagne de nettoyage des zones riveraines du lac Victoria, qui s’accompagne également du curage des infrastructures d’assainissement, devenues inopérantes (tunnels encombrés d’objets solides mélangés à de l’eau stagnante). Au-delà de cette action « coup de poing », l’objectif consiste à installer durablement une politique de gestion des déchets solides et d’assainissement.
 
Cette opération de terrain a permis de repérer les entreprises les plus polluantes autour de Kisumu (nord-ouest du Kenya), 3e ville du pays après Nairobi et Mombasa. Une quinzaine d’entités publiques et privés ont fait l’objet d’injonctions concernant la gestion de leurs déchets solides, adressées aussi bien à l’Université Maseno (Maseno University) qu’à  l’entreprise sucrière Kibos  (Kibos Sugar Industry).  Les « petits » métiers, barbiers, garagistes, laveurs de voiture ou restaurateurs, ont eux aussi été contrôlés. Certains se sont vu obligés de cesser toute activité pour ne pas avoir su mettre en place à temps un dispositif capable d’évacuer proprement leurs déchets.
 
« Nous mobilisons ici nos compatriotes pour vivre ensemble dans un environnement propre et sain, déclare le directeur général adjoint du Nema, Mamo Boru, à l’origine de l’initiative.  Une fois l’opération de réduction des déchets solides réalisée, nous pourrons rejoindre la Commission du bassin du lac Victoria (LVBC) qui a lancé en février un vaste programme d’assainissement** autour du lac***. Notre contribution consistera à mettre en place des infrastructures d’évacuation des eaux usées au service de zones d’habitations informelles autour des villes d’Obunga, Manyatta et Nyalenda », précise encore Mamo Boru.
 
 
* National Environmental Management Authority (Nema), Kisumu Water and Sanitation Compagny (KIWASCO), Plan International au Nyanza Golf Club.
 
**Ce Programme de gestion intégrée des ressources en eau (IWRM, Integrated Water Ressources Management) en Afrique de l’Est, piloté par la Commission du bassin du lac Victoria devrait s’achever en 2023. Un investissement de plus de 274,5 M€ permettra à terme de réduire la pollution du lac par les eaux usées provenant des industries et des ménages des grandes villes riveraines.
 
***D’une superficie de 68 100 km2,  le Lac Victoria fait vivre plus de 30 millions de personnes tout au long de ses rivages au Kenya, en Ouganda et en Tanzanie.  À ce titre, il est un véritable poumon économique pour l’Afrique de l’Est.

© Solent News / SIPA