Pourquoi les zones humides sont efficaces pour dépolluer l’eau

Pourquoi les zones humides sont efficaces pour dépolluer l’eau

 

Les zones humides jouent un rôle vital dans les écosystèmes, en particulier en matière de purification de l’eau. Une nouvelle étude conjointe de l’Université de Waterloo, au Canada, et de l’Université de l’Illinois a mesuré de façon exhaustive l’influence de la restauration des zones humides sur l’amélioration de la qualité de l’eau. 

S’intéressant aux zones humides des États-Unis, les auteurs de l’étude ont découvert que celles-ci pouvaient éliminer 8 % de l’azote en excès dans l’environnement, issu en grande partie du ruissellement provenant des terres agricoles. 

Ce chiffre de 8 % est une moyenne nationale sur l’ensemble des États-Unis, mais il est plus élevé dans certaines régions. Dans le Midwest, les zones humides peuvent éliminer 439 kilotonnes d’azote, qui, sinon, finiraient dans le golfe du Mexique. Sans ces zones, 51 % de l’azote en excès se retrouverait dans l’océan. 

Dans leurs travaux, les chercheurs n’ont pas seulement évalué les conséquences désastreuses de la disparition des zones humides. Ils ont également défendu un point de vue très optimiste sur leur potentiel de restauration aux États-Unis. 

Selon un des scénarios, si 10 % des terres agricoles, soit 5,1 millions d’hectares, étaient restaurées en zones humides, cela réduirait de 54 % la quantité d’azote présente dans les bassins versants, comme celui du Mississippi, l’un des fleuves les plus touchés par l’excès de nitrates.

Restaurer les zones humides, une solution bon marché

Que coûterait la transformation de 10 % des terres agricoles en zones humides ? Bonne nouvelle : c’est abordable. Cette restauration nécessiterait 2,75 milliards d’euros, soit à peu près ce que les États-Unis dépensent déjà chaque année pour des projets d’amélioration de la qualité de l’eau. 

Les chercheurs espèrent que leur étude aidera les responsables politiques à prendre des décisions plus éclairées sur le financement de la conservation et de la restauration des zones humides. Leurs travaux confirment à quel point ces zones jouent un rôle essentiel dans le cycle de l’eau et combien il est nécessaire de les protéger en priorité. 

Conjuguée avec l’adoption de pratiques agricoles plus durables et régénératrices, la restauration des zones humides contribuerait à transformer l’ensemble du système agricole américain, mais aussi mondial, pour qu’il devienne plus respectueux de l’environnement. 

SOURCE :

« Restoring wetlands near farms would dramatically reduce water pollution », Waterloo News, 16 décembre 2020 - uwaterloo.ca/stories/news/restoring-wetlands-near-farms-would-dramatically-reduce

« Maximizing US nitrate removal through wetland protection and restoration », Nature, 16 décembre 2020 - www.nature.com/articles/s41586-020-03042-5