Return to my selection
27 juin 2018

Malmö, ville sentinelle de la qualité de l’air

Une étude universitaire suédoise montre qu’une meilleure qualité de l’air pourrait éviter la mort prématurée de 55 à 93 personnes chaque année parmi les 320 000 habitants de Malmö, soit 2 à 4 % des décès.

Chiffres à l’appui, l’étude*présente les conséquences sanitaires d’un air pollué par les particules et gaz émis par les véhicules à essence et diesel. 
 
Sur la base d’un modèle informatique combinant des données sur la qualité de l’air avec le profil de chacun des 326 092 habitants de Malmö, Ebba Malmqvist - chercheuse à la faculté de médecine de l’Université de Lund** - et son équipe, démontrent qu’une meilleure politique urbaine en matière de qualité de l’air pourrait permettre d’éviter chaque année : 
            - 21 nouveaux cas d’asthme infantile,
            - 95 cas de bronchites aiguës, 
            - 30 hospitalisations pour détresse respiratoire,
            - 87 démences, 
            - 11 grossesses avec pré-éclampsie***.
 
Les auteurs identifient également les économies que pourrait générer une meilleure politique dans ce domaine. Ainsi, la création de zones « zéro circulation automobile » dans la ville permettrait d’éviter 2 729 jours d’arrêts maladie et 16 472 jours de réduction d’activité pour cause de santé précaire.
 
* « Estimated health benefits of exhaust free transport in the city of Malmö, Southern Sweden », Ebba Malmqvista, Ebba Lisberg Jensenb, Karin Westerbergb, Emilie Stroha, Ralf Rittnera, Susanna Gustafssonc, Mårten Spannec, Henric Nilssonc, Anna Oudin. Environment International, Volume 118, juin 2018.
**L’Université de Lund est rattachée à trois villes : Lund, Helsinborg et Malmö.
 ***Pathologie de la grossesse qui se manifeste par une hypertension artérielle. Source Iserm.

 

© SIPA