Return to my selection
12 septembre 2018

Londres poursuit sa politique ambitieuse en matière de réduction de la pollution atmosphérique

Londres met en place des milliers de capteurs d’air fixes et mobiles de très haute technologie. D’une précision inégalée dans le monde, ils permettront de visualiser l’état de la qualité de l’air de la capitale britannique, en temps réel. Cette initiative est le fruit du partenariat entre Londres et le réseau de villes C40*, la capitale britannique devenant ainsi un site pilote en matière de lutte contre la pollution atmosphérique.

Cdispositif mis en place par le C40 et la ville de Londres est le plus ambitieux jamais déployé dans le monde.  Des capteurs sont actuellement déployés dans les quartiers les plus pollués de la capitale britannique, améliorant considérablement le maillage du réseau de surveillance de la qualité de l’air de la ville. Une centaine de capteurs “ultra locaux”, sont fixés aux lampadaires et aux bâtiments, tandis que deux “Google Cars” équipées de caméras Street View et de capteurs d’air sont affectées à la collecte des données mobiles tous les 30 mètres. L’ensemble du dispositif permettra de caractériser avec une très grande précision les lieux les plus pollués (hot spots) de la capitale, afin de mieux comprendre les origines des pollutions et de mieux les combattre.
 
Une carte de Londres augmentée des données collectées en temps réel sera mise en ligne à l’intention des riverains, pour mieux les sensibiliser. Elle proposera aussi des prévisions à trois jours, afin de leur permettre d’anticiper les pics de pollution atmosphérique annoncés.
 
Le maire de Londres, Sadiq Khan, rappelle que « l’air pollué de la capitale cause la mort prématurée de milliers de personnes ».  Les scientifiques du King’s College, de leur côté, évaluent le coût annuel des dommages causés par la pollution atmosphérique à Londres à 3,5 milliards de livres (près de 4 milliards d’euros).
 
Les résultats obtenus grâce à ce maillage de capteurs seront ensuite communiqués aux 96 membres du réseau C40. L’ambition ? Améliorer à terme la qualité de l’air des grandes villes du monde, au service de centaines de millions de citadins.
 
 
*Le C40 est le plus important réseau mondial de villes. Anne Hidalgo, maire de Paris, en est actuellement la présidente.

 

© Justin Sutcliffe - Photothèque Veolia