Quand le sol change d’usage…

Quand le sol change d’usage…

Partout dans le monde, les pouvoirs publics comme les industriels font appel à Veolia pour sa méthodologie d’intervention (cf. infographie) et son extrême rigueur en matière de réaménagement de sites de stockage de déchets. Y compris dans la coordination des travaux et les contrôles exigés par la réglementation locale. Et lorsque celle-ci est en cours d’évolution, Veolia applique ses standards d’exploitation pour le compte de ses clients, allant ainsi au-delà de la législation du pays.

De quoi parle-t-on ?

  • Le terme « Installation de stockage de déchets non dangereux (ISDND) » désigne des sites de stockage conformes aux exigences réglementaires et standards actuels. En leur qualité d'ICPE, ces centres sont soumis à une stricte réglementation relative à leur conception, à leur construction, à leur exploitation et même à leur post-exploitation.
  • Le terme « décharge contrôlée » est utilisé pour tout lieu de stockage de déchets non dangereux soumis à un SPE réglementaire. Ces sites peuvent ne pas avoir de barrière active en fond de forme ou de gestion des lixiviats et/ou du biogaz.
  • Le terme « décharge brute » est utilisé pour des lieux de stockage de déchets non contrôlés et non soumis à un suivi post-exploitation.

La décision par des autorités publiques de réaménager un site de stockage de déchets, toutes zones géographiques confondues, doit tenir compte de deux paramètres : le changement d’usage du sol qui en découle et la pression sociétale et environnementale forte (riverains, populations, associations de protection de la nature, organismes sanitaires…) qui l’accompagne. Deux moteurs puissants qui viennent renforcer la volonté publique de porter un projet de réintégration de site dans son environnement naturel, urbain ou non.

En France, comme dans la majorité des pays développés, l’accueil des déchets ultimes — c’est-à-dire les déchets des ménages et ceux des entreprises et institutions qui ne peuvent être ni recyclés, ni récupérés, ni valorisés —

se fait dans des Installations de Stockage de Déchets Non Dangereux (ISDND). Des structures soumises à des normes environnementales très strictes pour éviter toute pollution du milieu naturel par infiltration et pour garantir une parfaite réhabilitation du site lorsqu’il arrive en fin d’exploitation commerciale.

C’est sa maîtrise de tels enjeux et contextes qui permet aujourd’hui à Veolia de répondre à des appels d’offres et à des demandes d’intervention sur des situations extrêmes de décharges « brutes », notamment dans les pays émergents. L’exemple d’Akouédo, en Côte d'Ivoire, en est une bonne illustration (cf. ci-dessous).

Les étapes clés de la réhabilitation d’un site de stockage de déchets

Les étapes clés  de la réhabilitation d’un site  de stockage de déchets

A - Terrassement et étanchéité
B - Drainage
C - Captage et collecte des lixiviats et du biogaz (méthane)
D - Épuration des lixiviats avant rejet au milieu naturel
E - Transformation du biogaz en énergie
F - Végétalisation

1 - Avant le démarrage du projet

  • S’assurer que le site est fermé administrativement.
  • Engager une réflexion sur la possible reconversion du site : parc paysager, activités agricoles, équipements de loisirs…

2 - Phase d’études De 3 à 6 mois

  • Réalisation d’un diagnostic environnemental et d’une étude des solutions de réhabilitation.
    Le + Veolia : Assurer l’ingénierie complète du projet.

3 - Phase de réalisation des travaux Jusqu’à 2 ans

  • Veolia s’attache en particulier à gérer le gaz riche en méthane issu de la décomposition des déchets (biogaz) ainsi que les eaux souillées (lixiviats) produits par le site.
  • Veolia assure le contrôle et le suivi du programme de travaux : Terrassement et étanchéité Drainage Captage et collecte des lixiviats et du biogaz (méthane) Épuration des lixiviats avant rejet au milieu naturel Transformation du biogaz en énergie Végétalisation

4 - Suivi Post-Exploitation Jusqu’à 30 ans

  • Après les travaux de réhabilitation et de remise en état du site : gestion des effluents et surveillance des milieux récepteurs (eaux de surface, eaux souterraines, air, santé humaine).

Les + Veolia :

Assurer le contrôle et le suivi du programme de travaux / Capter et collecter les effluents / Épurer les lixiviats avant rejet au milieu naturel / Transformer le biogaz
en énergie.

 

Veolia va mener le projet de réhabilitation de la décharge d’Akouédo, à Abidjan (Côte d’Ivoire)

Pollution du sol, du sous-sol, de l’air, des nappes souterraines et de la lag une Ebrié toute proche… La fermeture de la décharge d’Akouédo est l’aboutissement d’une réflexion environnementale et d’une volonté politique d’améliorer les conditions de vie des populations riveraines et de celles en aval de ce site très pollué.

Timing de l’opération 30 mois (etudes comprises)

Décembre 2018 Fermeture de la décharge d’Akouédo par l’opérateur PFO Africa, à la demande de l’État ivoirien

Début 2019 PFO Africa demande l’appui et l’expertise de Veolia

Septembre 2019 Veolia soumet à PFO Africa l’avant-projet détaillé des travaux et les résultats des études préliminaires

Fin 2021 Achèvement de l’aménagement paysager
 

 

Akouédo en chiffres

  • 53 ans de mise en décharge « brute » à ciel ouvert
  • 18 millions de tonnes de déchets stockés sans traitement
  • ~1,2 Mt/an de déchets « tout-venant » déversés (ménagers, hospitaliers, industriels, agroalimentaires…)
  • 90 ha de foncier à réhabiliter
  • 2 ans ½ d’études et de travaux
  • ~100 M€ de coût total de l’opération

Veolia maître d’œuvre, remodelage et sécurisation du site

  • Mise en œuvre d’une couverture étanche à base de produits géosynthétiques
  • Pose de canalisations et de drains périphériques pour les eaux de ruissellement
  • Installations de captage, collecte, stockage et traitement de 80 000 m3/an de lixiviats
  • Installations de captage, collecte et traitement du biogaz
  • Mise en place d’une unité de cogénération d’une capacité de production de 2 MW d’électricité verte

Un accompagnement social et sociétal majeur

  • Réaménagement paysager du site en arc urbain : installations sportives, centre de formation aux métiers de l’environnement, cinéma de plein air…
  • Système de compensation des nuisances subies dans le village d’Akouédo : réfection de la voirie, création d’un marché couvert, d’un dispensaire et d’un collège de jeunes filles
  • Dispositif d’information/sensibilisation des riverains aux travaux
  • Embauche en majorité d’habitants du quartier pour la post-exploitation du site

Retrouvez l'intégralité des contenus du dossier du mois