Taholah est exposé à la montée des eaux.

Galerie

Face à la montée des eaux, un village entier déménage

Au nord-ouest des États-Unis, dans le village de Taholah, les Amérindiens Quinault se préparent à déménager une bonne partie de leurs habitations et de leurs bâtiments publics vers les hauteurs. En cause, le réchauffement climatique : le village est menacé par la montée des eaux. En 2014, déjà, d’énormes vagues ont rompu la digue pendant une tempête, inondant les habitations les plus proches de l’océan Pacifique. La digue est réparée, mais cette solution est forcément provisoire.

Grâce à des fonds de l’Administration fédérale pour les Amérindiens, un plan de transfert du village, à 800 mètres de la localisation actuelle, est en cours. Les deux tiers des habitants et de nombreux services publics (école, pompiers…) sont concernés. Pour les Quinault, le changement climatique a aussi d’autres impacts, notamment la baisse des quantités de saumon dans la rivière qui a donné son nom à cette communauté amérindienne. Face aux bouleversements à venir, les habitants s’organisent.

Bio

David Hanson a suivi des études de
littérature et de géologie à l’université,
où il s’est initié à la photographie.
S’il a suivi quelques cours de
photographie, c’est surtout un
autodidacte qui s’est formé lui-même
dans les années 1990, en tirant et
développant ses photos en chambre
noire avant l’essor de la photographie
numérique. Il a travaillé pendant une
douzaine d’années pour les médias.

David Hanson, portraitiste intimiste

Il aime les gens, et cela se voit dans son travail. David Hanson réalise avant tout des portraits qu’il enrichit souvent de petites interviews. Il pose des questions très simples sur la vie quotidienne et se définit comme un conteur multitâche : réalisateur de documentaires, écrivain, photographe, cinéaste. Avec un but : raconter les histoires de personnes rencontrées souvent par hasard. Il a ainsi commencé à parcourir les États-Unis en réalisant plusieurs centaines de portraits d’Américains. Des reportages qui saisissent l’intimité en privilégiant la lumière naturelle.

« J’aime écouter les gens, comprendre comment ils vivent, et faire partager leur expérience au public, explique-t-il. Surtout lorsqu’ils ne figurent pas sur le devant de la scène, que l’on ne fait pas spécialement attention à eux, alors que leur vie est passionnante. »

Ce reportage à Taholah était important pour David Hanson qui, comme la communauté Quinault, vit près de la côte Pacifique, dans l’Oregon.

« Leur histoire mérite d’être racontée, souligne-t-il. Il est important d’aller dans un petit village de pêcheurs comme celui-ci, qui subit régulièrement des inondations dues à la montée des eaux. Ce qui leur arrive permet de vraiment observer les effets du changement climatique. Mes photos montrent la réalité de la menace climatique pour ces personnes. »

Pour ce reportage, David Hanson s’est équipé d’un drone, capable de voler à plusieurs dizaines de mètres au-dessus de la mer et du village, montrant ainsi à quel point les maisons sont proches de l’océan.