Return to my selection
27 février 2019

Réhabilitation réussie des sols dans la province chinoise de Jiangxi

Dans une région montagneuse de la province du Jiangxi, un plan de restauration à grande échelle des sols a permis, en à peine dix ans, d’augmenter les rendements et les revenus des agriculteurs tout en améliorant la biodiversité et la qualité de l'environnement.

Dans les années 1980, les sols de la région montagneuse de Qianyanzhou, dans la province du Jiangxi se sont gravement détériorés. La déforestation et des pratiques agricoles non durables ont provoqué l’érosion de son sol rouge fertile, entraînant une chute des rendements et un appauvrissement de la biodiversité.
 
En réponse, un plan national d’utilisation des terres soutenu par le gouvernement* a permis de reboiser les hautes collines, de planter des vergers d’agrumes sur des pentes modérées et de faire pousser des rizières au fond des vallées. Un succès selon la FAO**, qui estime qu’en l'espace d'une seule décennie, la campagne de restauration a permis au pays d’accroître sa superficie forestière totale de 74,3 millions d’hectares. La couverture forestière de Qianyanzhou étant elle passée de 0,43 % à près de 70 %. « Pour trouver le meilleur moyen de restaurer le sol, notre station a réuni des experts du monde entier, jusqu’à l'Agence fédérale allemande pour la conservation de la nature », explique Huimin Wang, directeur de la station de recherche en écologie de Ji’an.
 
L’agroforesterie a été l’un des éléments clés du processus de restauration : les agriculteurs ont perpétué les cultures commerciales telles que l’arachide, le sésame et les légumes dans les vergers restaurés et se sont lancés dans l’élevage de volaille. Avec comme principaux bienfaits des retombées économiques dès les premières étapes du projet et une amélioration de la fertilité du sol. Quant aux agences gouvernementales, outre la construction de barrages et d’étangs, elles ont accordé des prêts aux ménages agricoles pour les aider à démarrer leur activité.

*Le XIIIe plan quinquennal chinois (2016-2020) donne la priorité à la protection des sols et à l’amélioration de la capacité de production, sous le signe d’une « gouvernance écologique » avec des technologies propres (https://asialyst.com/fr/2018/02/28/chine-attaque-pollutions-origine-agricole/)
 ** Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture 

© Xiao Yuanpan/SIPA ASIA/SIPA