Return to my selection
4 juillet 2019

La soif d’eau potable se fait sentir aux Philippines

Déjà touchées par une déforestation galopante qui sévit depuis plusieurs décennies, les Philippines peinent encore à mettre en place une gestion efficace de la ressource en eau. L’addition de ces problèmes structurels impacte directement les populations.

En mars 2019, les habitants des quartiers de l’est de Manille (Philippines) ont été une nouvelle fois privés d’eau potable. Un phénomène récurrent et particulièrement problématique dans ce pays d’Asie du Sud-Est.
 
Seule une action d’envergure incitera le pays à s’attaquer à la racine du problème, pour restaurer la perte de ses fournisseurs naturels d'eau : les forêts. Selon les Nations unies, 75 % de l’eau douce mondiale provient des forêts qui la filtrent, la stockent puis la libèrent. De telles infrastructures naturelles empêchent l'érosion et la sédimentation des sols.
 
D’après un rapport publié en 2011 par l’association « Conservation international », les Philippines font partie des pays au monde comptant le plus d’espaces forestiers menacés : des 17,8 millions d’hectares de forêts qui parcouraient le pays en 1934, seuls 7,168 millions n’ont pas encore disparu. Avec 2,1 % de leur superficie forestière grignotée chaque année, les Philippines affichent l’un des taux de déforestation les plus rapides au monde, selon l’ONU.
                                                               
Pour l’instant, la riposte vient surtout d’ONG et d’associations qui organisent des opérations de plantation d'arbres et des collectes de fonds pour aider les gardes forestiers à restaurer et à protéger le bassin versant. Parmi elles, le WWF souhaite promouvoir un plan de gestion durable des bassins versants, créer un organe de gestion efficace des bassins versants et réduire au minimum l'érosion et l'envasement, ce qui pourrait entraîner des coûts plus élevés pour les installations de purification de l'eau. Le WWF porte également des projets pouvant aider à réduire la pollution, surveiller et évaluer les efforts de reboisement des zones dénudées et offrir des moyens de subsistance aux communautés locales.

C’est sur la base de cette vaste solidarité internationale que les autorités philippines pourront mettre en place un agenda de déploiement de mesures visant à limiter les épisodes de pénuries d’eau.
 
Source : https://businessmirror.com.ph/2019/05/15/risking-another-water-shortage/

© Roque /AP / SIPA