Return to my selection
17 juillet 2019

S’inspirer de la nature pour restaurer le littoral

Ces “Nature-based Solutions” présentent le double avantage de préserver durablement les écosystèmes naturels et d’être moins coûteuses à mettre en œuvre que les techniques d’ingénierie classiques. Autres bénéfices : elles permettent de préserver la beauté des plages et des côtes, gage d’activité touristique de qualité et de protection des populations autochtones face aux inondations.

Le concept de solutions inspirées de la nature (Nature-based Solutions, NbS), apparu au tournant des années 2010, convainc de plus en plus. D’autant que de nouvelles approches de restauration des littoraux (lutte contre l’érosion des plages, stabilisation des dunes côtières…) ont fait leur preuve depuis quelques années.
 
Ces approches sont multiples et complémentaires : préservation des récifs coralliens naturels, construction de récifs artificiels, restauration des dunes et stabilité des bancs de sable… autant de stratégies favorisant le maintien de la biodiversité.  Ainsi, la restructuration d’un récif naturel comme artificiel, permet d’après PreventionWeb* de dissiper l’énergie des vagues de 97%**, ce qui évite l’érosion accélérée des plages et limite les risques d’inondation.
 
De telles approchent offrent aussi aux passionnés des occasions de découvertes inédites de la nature, plongées, randonnées subaquatiques. Et aux acteurs économiques, des opportunités de développement de pêcheries, d’aquaculture et de loisirs (aquariophilie***)
 
Le site de « Now Jade » Riviera Cancún Resort, l’une des destinations touristiques les plus prisées au Mexique (les plages de Puerto Morelos) a ainsi bénéficié d’un programme de restauration à long terme de ses plages et de ses dunes : deux récifs artificiels ont été construits à 12O mètres du rivage et à proximité d’un récif naturel d’une grande richesse biologique (Mesoamerican reef), ce qui a favorisé leur implantation durable et le peuplement d’une grande variété d’espèces. Grâce à ce programme, initié en 2008 à la suite d’un ouragan de grande violence survenu en 2007 les gigantesques volumes de sable déplacés du nord vers le sud ont depuis été maîtrisés.
 
De même aux Pays-Bas, la création du programme « Sand Motor » en 2011, une péninsule artificielle de 138 hectares — 21,5 millions de mètres cubes de sable  furent nécessaires à son élaboration —, a permis de changer la dynamique des vents, des vagues et des courants. Et favorise la formation naturelle de nouvelles côtes sur 10 kilomètres ainsi que des plages supplémentaires. Objectif attendu à 20 ans : de nouveaux espaces de détente de plein air, en harmonie avec la nature.
 
Ces programmes NbS sont en rupture avec les ingénieries classiques employées par le passé et qui n’offraient pas la garantie de solutions durables****, constat à l’appui : le gouvernement américain a dépensé quelque 9 milliards de dollars dans de tels projets pour des résultats médiocres, au regard des coûts occasionnés. Outre l’inesthétisme flagrant de certaines digues et autres infrastructures de protection, la résilience des littoraux n’a pas été prouvée.
 
 
*Le site, source de l’article,  propose une plateforme de présentation de solutions de réduction des risques liées aux conséquences d'événements extrêmes (disaster risk reduction).
 
** The effectiveness of coral reefs for coastal hazard risk reduction and adaptation, Revue Nature, May 2014.
 
*** Activité de loisir qui consiste à reproduire et maintenir en captivité des animaux aquatiques dans un environnement sous contrôle et esthétique : l’aquarium.
“A Never-Ending Commitment”: The High Cost of Preserving Vulnerable Beaches, source https://www.propublica.org/article/the-high-cost-of-preserving-vulnerable-beaches#
 
****“A Never-Ending Commitment”: The High Cost of Preserving Vulnerable Beaches, source https://www.propublica.org/article/the-high-cost-of-preserving-vulnerable-beaches#

© Alonso Cupul/EFE/SIPA