Return to my selection
29 janvier 2020

La diversité microbienne en ville, gage de bonne santé pour l’homme

Selon une équipe de scientifiques de l’université d’Adélaïde* (Australie), les citadins ont un besoin urgent de retrouver une biodiversité plus riche en ville, afin de lutter contre l’explosion des pathologies chroniques comme l’asthme ou les allergies alimentaires.

Les scientifiques connaissent depuis longtemps les bienfaits des microbes pour notre organisme**. Et à quel point notre microbiome — la communauté de micro-organismes symbiotiques à l’intérieur de chaque être humain — joue un rôle crucial sur une palette allant de la nutrition à la résistance aux maladies, en passant par la santé mentale.
 
Récemment, des chercheurs de l’université d’Adélaïde ont découvert que plus nos sols sont riches en micro-organismes et plus nous y sommes exposés, mieux nous nous portons. « C’est le cœur de notre recherche, confie Philip Weinstein, professeur de biologie. Il est prouvé que les troubles liés au système immunitaire — allergies, maladies auto-immunes, inflammations chroniques… — sont en augmentation en ville. Et nous savons que la diversité microbienne dans l’intestin possède un pouvoir immunitaire et des atouts pour la santé. » Reste à trouver comment encourager cette diversité microbienne…
 
Avec son collègue Martin Breed, spécialiste en restauration des écosystèmes et génomique, Philip Weinstein dirige l'initiative HUMI***. Son objectif : explorer comment l’ajout de diversité microbienne aux environnements urbains peut améliorer la santé humaine. « Il existe plus d'espèces de bactéries, de champignons et de microbes que toute autre chose. Une diversité incroyable et en grande partie inconnue, qui remplit de multiples services pour l’homme mais aussi pour la nature », explique Martin Breed. 
 
« Nous vivons dans un environnement sain à bien des égards, ajoute Philip Weinstein. Mais le mouvement des populations vers les villes nous en a fondamentalement isolés, provoquant en parallèle une augmentation spectaculaire de maladies issues de notre mode de vie occidental. » Sans compter que depuis Louis Pasteur et sa théorie moderne des germes, la guerre aux microbes est déclarée. « Un bienfait pour l'humanité, mais nous sommes allés trop loin… Parmi les pertes subies au cours de notre évolution, l’exposition régulière à des allergènes, comme les pollens, est à déplorer. »
 
« La diversité des écosystèmes a bien “conditionné” notre système immunitaire par le passé, mais cet apprentissage ne se fait plus efficacement, explique-t-il. Ce qui expliquerait que celui des enfants de la campagne soit plus résistant que celui des enfants des villes, sujets à des crises d’asthme au moindre grain de pollen. » 
 
Puisqu’il est impossible d’inverser la courbe de l’urbanisation, il s’agit donc de restituer les services écosystémiques dans nos villes.« La diversité microbienne est bien présente dans les espaces verts, mais la dégradation constante du milieu urbain les fragilise, conclut-il. Nous devons simplement aider ces bonnes communautés microbiennes à redevenir dominantes. Sans avoir réponse à tout, nous pourrons ainsi réduire une partie du fléau des maladies urbaines. »

 

 

 

*Jacob G. Mills, Philip Weinstein, Nicholas J. C. Gellie, Laura S. Weyrich, Andrew J. Lowe, Martin F. Breed - Urban habitat restoration provides a human health benefit through microbiome rewilding: the Microbiome Rewilding Hypothesis

 ** Les cellules humaines ne représentent que 43 % du total des cellules présentent dans le corps humain : les 57 % restant sont composés de micro-organismes (bactéries, virus, champignons…). Source : Rob Knight, professeur à l’université de Californie à San Diego et fondateur du Center for Microbiome Innovation 

 ***Healthy Urban Microbiome Initiative est un collectif de scientifiques, autorités locales et professionnels de santé publique. En novembre 2018, HUMI et le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) ont signé un partenariat « 2020 Challenge » ​​pour appliquer cette approche à 20 villes de 20 pays, en collaboration avec l'Organisation mondiale de la santé.

 

Source : https://www.australiangeographic.com.au/topics/science-environment/2019/11/how-adding-microbial-diversity-to-urban-environments-improves-health/

 

 

© Vincent Loison / SIPA.